NOUVELLES
07/08/2013 01:22 EDT | Actualisé 07/10/2013 05:12 EDT

Deux autres femmes disent avoir été harcelées par le maire de San Diego

Getty
03/29/07--House Veterans' Affairs Chairman Bob Filner, D-Calif., during the joint hearing with Senate Veterans' Affairs on the legislative agenda of veterans organizations. (Photo by Scott J. Ferrell/Congressional Quarterly/Getty Images)

Deux autres femmes viennent s'ajouter à la liste des neuf victimes ayant déjà dénoncé le comportement inapproprié du maire de San Diego, Bob Filner, a révélé CNN.

Une de ses dernières victimes présumées est Eldonna Fernandez. M. Filner lui aurait laissé un message sur son répondeur il y a environ un an, dans lequel il lui aurait fait des avances.

Il aurait rencontré sa possible victime lors de la réunion d'une association de femmes d'anciens combattants américains.

Les révélations d'Eldonna Fernandez sont accompagnées par celles de Gerri Tindley, une ancienne combattante de l'armée américaine, révèle également CNN.

Bob Filner fait face à des accusations qui vont de l'appel téléphonique déplacé aux attouchements sexuels.

Vendredi dernier, c'est Emily Gilbert, sosie professionnel de Marilyn Monroe, qui a affirmé à la chaîne Fox5 qu'elle avait chanté lors d'une réunion politique de M. Filner. «Il m'a prise dans ses bras un peu trop fort (...). Et après, sa main a glissé vers le bas et il m'a touché les fesses», a-t-elle déclaré.

Parmi les autres victimes présumées du maire, figure son ancienne directrice de la communication, Irene McCormack Jackson, qui a porté plainte et réclame des dommages et intérêts.

Elle a raconté comment Bob Filner faisait des commentaires sexuels désobligeants à son égard ou lui demandait de travailler en sous-vêtements. Il lui avait dit qu'il voulait l'épouser et qu'il avait hâte de coucher avec elle.

Pétition

Une initiative populaire a été lancée vendredi pour tenter d'obtenir la destitution de Bob Filner qui refuse de démissionner.

Bob Filner, maire démocrate de San Diego depuis novembre dernier, avait publiquement admis fin juillet un «mauvais comportement» envers les femmes et annoncé qu'il entamerait une thérapie intensive de deux semaines à compter du 5 août.

Le maire de 70 ans a cependant écarté toute démission malgré les appels répétés de ses collaborateurs et de responsables du parti démocrate, comme la sénatrice de Californie Dianne Feinstein.

Mais vendredi, deux citoyens -- le responsable d'un journal d'information gai et lesbien et un consultant en aménagement du territoire -- ont lancé une initiative, sous forme de pétition, pour tenter d'obtenir la destitution de l'élu.

Ce dernier a désormais jusqu'au 11 août pour répondre à la pétition, après quoi les organisateurs auront jusqu'au 26 septembre pour obtenir les 102 000 signatures nécessaires pour entamer un processus de destitution.