NOUVELLES
07/08/2013 04:01 EDT | Actualisé 07/10/2013 05:12 EDT

Le gouvernement tchèque doit démissionner après avoir perdu un vote de confiance

PRAGUE - Le nouveau gouvernement de technocrates nommé par le président tchèque a perdu un vote de confiance au Parlement et doit démissionner, un résultat qui maintient la République tchèque dans la crise politique.

Lors du vote de mercredi, seulement 93 députés sur les 193 présents ont accordé leur confiance au gouvernement du premier ministre Jiri Rusnok. Une majorité était requise pour que le gouvernement remporte le vote de confiance.

Ce vote était largement attendu. Le président Milos Zeman avait nommé un nouveau gouvernement le mois dernier, après l'effondrement, en juin, du gouvernement de coalition de centre droit du premier ministre Petr Necas, empêtré dans des allégations de corruption et d'infidélité conjugale.

Le choix de M. Rusnok comme premier ministre avait provoqué la colère de la coalition de centre droit, qui n'a toutefois pas réussi à rester unie puisque trois de ses membres ont refusé de voter contre le gouvernement.

Le Parlement discutera de la possibilité d'organiser des élections anticipées en guise de solution à la crise.

PLUS:pc