NOUVELLES
07/08/2013 07:48 EDT | Actualisé 07/10/2013 05:12 EDT

La grippe aviaire peut être contagieuse, affirment des chercheurs chinois

Getty
A Chinese man arrives at the Beijing Center for Disease Prevention and Control as the country deals with the H7N9 bird flu virus on April 18, 2013. China has confirmed a total of 82 human cases of H7N9 avian influenza since announcing about two weeks ago that it had found the strain in people for the first time. Health authorities in China say they do not know exactly how the virus is spreading, but it is believed to be crossing to humans from birds, triggering mass poultry culls in several cities. AFP PHOTO/Mark RALSTON (Photo credit should read MARK RALSTON/AFP/Getty Images)

Des chercheurs chinois ont découvert les preuves les plus solides à ce jour qu'une nouvelle souche de la grippe aviaire peut se transmettre de personne en personne, mais ils préviennent que le virus n'est toujours pas très contagieux.

La souche H7N9 a été dévoilée par des dirigeants chinois pour la première fois en mars. À la fin du mois de mai, on recensait 132 infections et 37 morts en Chine et à Taïwan.

Les responsables de la santé publique croient que les patients ont probablement été infectés par des oiseaux dans des marchés publics, mais ils admettent que le virus peut parfois se propager de personne en personne.

À l'exception d'un seul cas le mois dernier, les infections semblent avoir cessé depuis que les autorités chinoises ont mis en place plusieurs mesures pour contrôler la situation, notamment en fermant les marchés d'animaux vivants.

Aux fins de la nouvelle étude, les chercheurs chinois ont rencontre la famille et les proches d'un père et de sa fille qui ont été tués par le virus H7N9 dans l'est de la Chine pour tenter de comprendre comment le virus avait pu se propager entre eux. Les deux patients habitaient sous le même toit, mais ils étaient trop malades pendant l'enquête pour pouvoir être interrogés.

L'homme de 60 avait acheté six cailles vivantes pour nourrir sa famille, tandis que sa fille de 32 ans ne quittait presque jamais son quartier. Elle n'aurait eu aucun contact avec des oiseaux vivants, exception faite de deux cygnes élevés par les propriétaires.

La fille s'est occupée de son père quand il est tombé malade, sans porter de vêtements de protection. Elle est elle-même tombée malade après quelques jours et est morte un mois plus tard. Les échantillons de virus prélevés chez l'homme et sa fille avaient un profil génétique presque identique.

Quarante-trois autres personnes avec qui les deux patients sont entrés en contact n'ont pas été infectées. Dans l'étude publiée en ligne mardi par le British Medical Journal, les chercheurs en viennent à la conclusion que le virus s'est transmis de l'homme à sa fille, mais que cette propagation a été limitée et non durable.

Un expert indépendant, le docteur Peter Horby de l'université Oxford, a souligné que les deux patients étaient des parents. Il a rappelé que certains traits génétiques pourraient rendre plus vulnérable au virus.

Un autre expert, le docteur James Rudge de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, a prévenu que la simple transmission entre deux personnes ne signifie pas que le virus est sur le point de provoquer une pandémie.

INOLTRE SU HUFFPOST

8 astuces pour renforcer le système immunitaire