NOUVELLES
07/08/2013 12:39 EDT | Actualisé 07/10/2013 05:12 EDT

Comment se faire connaître en politique municipale

Il est difficile pour les nouveaux venus en politique municipale de se faire connaître du grand public. C'est ce que tentent de faire cet été certains candidats à la mairie de Montréal, alors que des vedettes comme Denis Coderre, Richard Bergeron et Marcel Côté accaparent une bonne partie de l'attention médiatique.

La candidate Mélanie Joly, qui se lance pour la première fois en politique municipale, compte sur ses rencontres avec les électeurs et sur le travail de ses militants pour faire connaître son programme, qui n'a pas encore été totalement annoncé.

« Les bénévoles viennent de deux façons. Parfois, ils viennent à nous parce que dans le fond, on s'est impliqué longtemps. Moi, j'ai créé plusieurs groupes de réflexion. Ce sont beaucoup des gens qui se sont impliqués par le passé, puis qui se disent : "Bon! Là on passe à l'action!" », explique Mme Joly.

Un autre candidat à la mairie, Michel Brûlé, tente aussi de faire sa place dans l'espace public. L'éditeur, nouvellement politicien, a récemment été mis à l'écart d'un débat des candidats à la mairie organisé par l'Institut du Nouveau Monde. 

Il tente d'ailleurs toujours de se faire inviter à l'échange, qui doit avoir lieu le 16 août, et pour lequel quatre candidats ont été retenus : Denis Coderre, Richard Bergeron, Marcel Côté et Mélanie Joly.

Dans ce contexte, se vendre devient difficile, mais Michel Brûlé dit avoir déniché d'autres moyens. « Je suis sur les médias sociaux et tout ça. Donc je travaille, puis je rencontre des gens partout. J'arrête le monde dans les épiceries. [Quand] quelqu'un parle de politique, j'interviens, je me présente, etc. », dit-il.

Il ne reste que trois mois avant l'élection municipale du 3 novembre prochain. Sur le réseau social Twitter, Denis Coderre est suivi par plus de 110 000 personnes, contre 400 abonnés pour Michel Brûlé et 3700 pour Mélanie Joly.

Avec les informations de Dominic Brassard

PLUS:rc