NOUVELLES
06/08/2013 11:38 EDT | Actualisé 06/10/2013 05:12 EDT

Ottawa tente de juguler la surchauffe dans l'habitation

Radio-Canada

Une mesure que vient d'adopter la Société canadienne d'habitation et de logement (SCHL) pourrait se traduire par une hausse des taux d'intérêt au pays, éventuellement. Cette mesure, destinée à limiter la surchauffe dans le marché de l'immobilier, consiste à plafonner les garanties offertes aux banques, et autres institutions financières prêteuses, qui convertissent les prêts hypothécaires pour en tirer plus de liquidités, en bénéficiant de garanties de la SCHL.

Cette technique financière appelée titrisation permet aux prêteurs de regrouper des créances, comme des prêts hypothécaires, sous forme de titres négociables sur le marché des capitaux.

Cette année, la SCHL constate qu'il y a une demande plus élevée qu'à l'accoutumée pour cette pratique. Le gouvernement fédéral avait autorisé la SCHL à fixer un plafond annuel de 85 milliards de dollars en garanties pour ce genre d'opérations. Or, au 31 juillet dernier, les institutions financières avaient déjà atteint 66 milliards de dollars. À titre de comparaison, pour toute l'année passée, les institutions financières avaient obtenu pour 76 milliards de dollars de garanties pour la transformation de prêts hypothécaires en titres négociables.

Ce mouvement a donc incité la SCHL à limiter les garanties qu'elle offre aux institutions pour la titrisation des prêts hypothécaires. La nouvelle limite s'établit à 350 millions de dollars, en garanties nouvelles.

Vers une hausse des taux d'intérêt?

Selon François Des Rosiers, professeur au département de finance, assurance et immobilier à l'Université Laval, il s'agit d'une mesure prudente de la part de la SCHL « qui serait prise à rembourser les prêteurs » advenant des difficultés relativement à ces créances. M. Des Rosiers affirme que cette mesure exercera une pression à la hausse sur les taux hypothécaires « qui vont augmenter, mais de façon progressive ». « Dans l'ensemble du Canada, on s'attend à ce qu'il ait des hausses de 20 à 65 points de base », affirme François Des Rosiers.

Cette initiative de la SCHL s'inscrit dans les efforts du gouvernement canadien pour limiter les risques associés à la surchauffe dans ce marché.

En mars dernier, par exemple, le ministre canadien des Finances, Jim Flaherty, avait manifesté sa réprobation lorsque la BMO avait baissé en deçà des 3 % ses taux d'intérêt sur cinq ans. Jim Flaherty avait alors déclaré qu'il s'attendait « à ce que les banques prêtent prudemment, pas à une course vers le bas comme celle qui a mené à une crise hypothécaire aux États-Unis ». Plus tôt, ce mois-là, La Financière Manuvie avait annulé la baisse d'un de ses taux hypothécaires après que le bureau de Jim Flaherty eut exercé des pressions en ce sens.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les meilleures villes où vivre au Canada