NOUVELLES
06/08/2013 09:39 EDT | Actualisé 06/10/2013 05:12 EDT

L'équipe jamaïcaine passée au peigne fin

À quelques jours de l'ouverture de ses Championnats du monde à Moscou, la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) multiplie les efforts pour contrer le dopage.

La chasse ayant porté ses fruits au cours des dernières semaines (40 suspensions en Russie, 31 en Turquie), la méthode du ratissage systématique s'étend.

Lundi, la délégation jamaïcaine de 44 athlètes a reçu la visite des techniciens de laboratoire pour une cueillette d'échantillons sanguins, y compris auprès d'Usain Bolt.

Pendant les mondiaux, qui s'ouvriront samedi, tous les athlètes seront priés de fournir des échantillons aux fins d'analyses. Les résultats seront comparés au passeport biologique de chacun.

« Comme ça a été le cas à Daegu, ces contrôles concerneront toutes les disciplines d'athlétisme et un large faisceau de biomarqueurs du dopage. Les analyses cibleront non seulement les marqueurs indicatifs de l'usage d'EPO ou de manipulation sanguine dans les disciplines d'endurance, mais également ceux pouvant indiquer l'usage de stéroïdes ou de l'hormone de croissance dans les autres disciplines de force et de vitesse », explique la Fédération internationale.

Par ailleurs, environ 500 échantillons d'urine seront prélevés à Moscou et viendront s'ajouter aux prises de sang au préalable. Et comme depuis les mondiaux de Helsinki en 2005, ces échantillons « feront l'objet d'une conservation longue durée en vue de futures analyses à la faveur des progrès scientifiques en matière de détection », explique l'IAAF.

Toutes les analyses seront faites à Moscou sous la supervision des experts de l'IAAF et d'un responsable de l'Agence mondiale antidopage (AMA).

PLUS:rc