NOUVELLES
06/08/2013 06:09 EDT | Actualisé 06/10/2013 05:12 EDT

L'Impact affrontera un adversaire qu'il connaît en Ligue des champions

MONTRÉAL - L'Impact de Montréal affrontera un adversaire qu'il connaît bien en lever de rideau de la Ligue des champions de la CONCACAF, mercredi.

Le onze montréalais croisera le fer avec un club rival de la Major League Soccer, les Earthquakes de San Jose, d'entrée de jeu dans le groupe 5. Ces derniers se sont qualifiés pour la compétition en vertu de leur titre 'MLS Supporters Shield' acquis l'an dernier. Ils occupent la huitième place de l'Association de l'Ouest avec 30 points, et ils ont remporté leurs trois derniers matchs en MLS pour se hisser à trois points seulement d'une place en séries éliminatoires.

Le gardien Evan Bush sera devant le filet de l'Impact contre les Earthquakes, l'un des quatre clubs américains de la MLS qualifiés pour le tournoi.

«Nous savons ce qu'ils ont au ventre et connaissons les joueurs qui font partie de cette équipe, et en conséquence nous sommes conscients qu'ils forment une bonne équipe et qu'ils ne sont pas en Ligue des champions par hasard», a confié Bush, qui a secondé Troy Perkins en matchs de la MLS mais qui a entamé chacun des quatre duels du Championnat canadien Amway. «Ils ont commencé à hausser leur niveau de jeu dans la MLS, donc c'est un club contre lequel nous devrons être prêts à tout donner.»

L'Impact avait disposé des Whitecaps de Vancouver en finale du Championnat canadien pour décrocher sa huitième coupe des Voyageurs et se qualifier pour la deuxième fois de son histoire pour la Ligue des champions de la CONCACAF — et la première en cinq ans.

L'entraîneur-adjoint de l'Impact Mauro Biello portait le chandail de l'équipe lors de sa première participation à cette compétition. Le onze montréalais avait remporté sa phase de groupe quatre ans avant que le club ne devienne une équipe d'expansion en MLS, sauf qu'il s'était incliné de façon crève-coeur devant le Santos Laguna, du Mexique, en quarts de finale en 2008.

«C'est tout un honneur, surtout après avoir remporté le championnat canadien», a dit Biello. «Faire partie de la Ligue des champions, c'est toujours quelque chose de spécial pour les joueurs, mais aussi pour la ville. Participer à un tournoi international dans lequel vous avez l'opportunité de vous rendre loin et de bien faire, c'est toujours particulier, et en plus ça contribue à augmenter la renommée du club non seulement sur la scène locale mais aussi sur la scène internationale.

«Je me souviens de la dernière fois en 2008 lorsque nous avions attiré 56 000 spectateurs pour le match contre le Santos Laguna. Vous savez que ce match n'a pas fait les manchettes uniquement en Amérique du Nord, mais partout à travers le monde, donc c'est quelque chose de grandiose, de très spécial, et de nombreux joueurs veulent bien faire dans ce tournoi.»

Après s'être hissé au premier rang de l'Association Est en vertu de sa fiche de 9-2-3 en début de saison, le onze montréalais a éprouvé des ennuis en MLS avec une seule victoire à ses sept derniers matchs.

Après un gain de 1-0 à domicile contre le Sporting Kansas City le 27 juillet, l'Impact a enchaîné avec un revers humiliant de 3-1 contre le D.C. United — la pire équipe de la MLS — samedi.

«Nous n'avons pas beaucoup de temps pour penser à ce qui s'est passé samedi soir parce que nous devons disputer un gros match mercredi soir», a rappelé le capitaine de l'Impact Davy Arnaud. «C'est une autre compétition. C'est un défi différent, mais nous devons aborder ce match de la même façon que si nous disputions un match de ligue à domicile. Ce sera important d'entamer les choses de la bonne façon mercredi.»

L'Impact se rendra au Guatemala pour y affronter le C.D. Heredia le 21 août. Le onze montréalais disputera son match retour contre les Earthquakes à San Jose le 17 septembre, avant de conclure la phase de groupe en accueillant la formation guatémaltèque de nouveau une semaine plus tard.

PLUS:pc