NOUVELLES

La rétrocaveuse est retirée de son trou béant

06/08/2013 03:27 EDT | Actualisé 05/10/2013 05:12 EDT

La rétrocaveuse qui a basculé dans un trou géant lundi lorsque la chaussée s'est affaissée à l'intersection des rues Sainte-Catherine et Guy, au centre-ville de Montréal, a finalement été retirée en fin d'après-midi mardi.

Gaz Métro devait d'abord terminer les travaux visant à sécuriser les conduites de gaz. Deux grues ont été nécessaires pour récupérer le véhicule. Mais malgré le succès de l'opération, les rues Sainte-Catherine et Guy demeurent toujours fermées à la circulation dans le secteur.

Le responsable des infrastructures au comité exécutif de la Ville de Montréal, Richard Deschamps, avait fait le point sur la situation un peu plus tôt, indiquant que l'opération s'annonçait plus compliquée que prévu.

M. Deschamps a indiqué que la Ville tentera « le plus rapidement possible de rouvrir la rue Guy dans l'axe nord-sud pour assurer la circulation », mais concernant la rue Saint-Catherine, direction est-ouest, cela risque de prendre davantage de temps.

« Il va falloir que quelqu'un descende dans ce trou "d'autruche", de façon sécurisée et sécuritaire, c'est pour ça qu'il faut prendre le temps de faire les opérations, pour ne pas causer de dommage supplémentaire à des équipements qui sont sous la rue Sainte-Catherine », a-t-il expliqué.

Il a précisé que les cinq conduites d'aqueduc situées sous la rue Sainte-Catherine ont été arrêtées pour assurer la sécurité des commerçants et du public dans le secteur.

Un trou béant au centre-ville

Vers 9 h lundi, la Ville a dépêché la rétrocaveuse pour effectuer des travaux après avoir reçu plusieurs appels de commerçants et de locataires du coin pour des problèmes d'infiltration d'eau dans les sous-sols et stationnements. Sous le poids de l'engin, la chaussée s'est affaissée, engloutissant la rétrocaveuse.

Les commerçants du secteur estiment que la Ville a été négligente dans le dossier, disant qu'ils se plaignent des problèmes d'infiltration d'eau depuis une semaine. « On a appelé la Ville plusieurs fois. Il n'y a personne qui est venu pour savoir ce qui se passe », a soutenu Rahman Esmali, propriétaire du restaurant Sharx

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que la chaussée s'affaisse dans le secteur, ce qui inquiète les commerçants, les résidents et les élus.

PLUS:rc