NOUVELLES

Émissions de CO2 en hausse et fonte des glaces record en 2012

06/08/2013 05:19 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:51 EDT
AP
FILE - In this Dec. 16, 2009 file photo, steam and smoke rise from a coal burning power plant in Gelsenkirchen, Germany. A United Nations report on rising greenhouse gas emissions reminded world governments Wednesday, Nov. 21, 2012 that their efforts to fight climate change are far from enough to meet their stated goal of limiting global warming to 2 degrees C (3.6 F). (AP Photo/Martin Meissner, File)

2012 est l'une des dix années les plus chaudes jamais observées, selon le dernier rapport annuel sur le climat publié mardi par l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

« L'année dernière, le thermomètre s'est situé de 0,14 à 0,17 degré Celsius au-dessus de la moyenne des températures enregistrées lors de la période 1981-2010 », précise le rapport de l'agence.

L'année 2012 serait la huitième ou la neuvième plus chaude depuis 1850, selon les données utilisées. Les États-Unis et l'Argentine ont pour leur part connu leur plus chaude année jamais enregistrée.

Ce réchauffement, causé notamment par des émissions sans précédent de dioxyde de carbone (CO2), a entraîné une fonte record des glaces arctiques. L'étendue des glaces dans l'océan Arctique a atteint sa plus petite surface depuis les premiers enregistrements satellites il y a 34 ans.

Plus de 97 % de la calotte glaciaire du Groenland a en outre montré des signes de fonte durant l'été, soit quatre fois plus que la moyenne pour cette période de l'année.

Les émissions de CO2, principal gaz à effet de serre, provenant des énergies fossiles et de la production de ciment ont atteint un nouveau record mondial l'an dernier avec 9,7 milliards de tonnes.

La concentration de CO2 dans l'atmosphère a dépassé pour la première fois le seuil critique des 400 parts par million (ppm) dans 7 des 13 observatoires arctiques, un niveau jugé dangereux par les scientifiques.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

Les pires projets énergétiques, selon Greenpeace