NOUVELLES
06/08/2013 01:00 EDT | Actualisé 06/10/2013 05:12 EDT

Cambodge: l'opposition menace de paralyser le pays pour contester les résultats

PHNOM PENH, Cambodge - L'opposition cambodgienne a menacé, mardi, d'organiser de grandes manifestations si sa demande d'enquête impartiale sur les irrégularités durant les élections générales du mois de juillet n'est pas satisfaite.

Le chef du Parti du sauvetage national du Cambodge, Sam Rainsy, a déclaré devant une foule de 10 000 partisans que de nouvelles manifestations auraient lieu dans les prochains jours si la commission électorale n'accepte pas l'enquête indépendante qu'elle réclame.

Plus tôt, il avait affirmé que son parti rejetterait les résultats officiels du scrutin, attendus samedi. La commission électorale doit les confirmer quatre jours plus tard si elle ne reçoit pas d'objections. Une plainte de l'opposition signifierait que la commission devrait reporter la ratification des résultats jusqu'au 8 septembre.

Les résultats provisoires annoncés par la commission électorale semblent confirmer la prétention du parti au pouvoir, qui affirme avoir remporté 68 sièges sur les 123 de l'Assemblée nationale, contre 55 pour l'opposition.

Le premier ministre Hun Sen, qui dirige le Cambodge depuis 28 ans, a déjà annoncé qu'il resterait en poste si les résultats étaient confirmés.

L'opposition affirme avoir remporté 63 sièges. Toutes les projections laissent croire que l'opposition a fait des gains substantiels comparativement aux 29 sièges qu'elle détenait dans l'assemblée sortante.

«Cette fois-ci, nous n'avons pas peur du tout», a déclaré Sam Rainsy mardi lors d'un discours passionné dans un parc de la capitale, Phnom Penh. «Ne nous intimidez pas. Il y aura une manifestation dix fois plus imposante dans les prochains jours.»

Le Parti du sauvetage national du Cambodge affirme que les listes d'électeurs ont été manipulées, ce qui a empêché plus d'un million de personnes de voter. Plusieurs organisations non partisanes ont fait des constats similaires.

L'opposition réclame la mise sur pied d'une commission d'enquête indépendante supervisée par les Nations unies.

PLUS:pc