POLITIQUE

Le FMI accorde de bonnes notes au directeur parlementaire du budget du Canada

06/08/2013 07:11 EDT | Actualisé 06/10/2013 05:12 EDT
CP

OTTAWA - Le Fonds monétaire international (FMI) accorde une note élevée à Kevin Page pour son travail en tant que premier directeur parlementaire du budget (DPB) au Canada.

Cependant, il se garde de se positionner dans les querelles avec le gouvernement Harper.

Dans le rapport d'une évaluation menée par des organismes de surveillance budgétaire internationaux, le FMI consacre neuf pages aux obstacles qu'a rencontrés M. Page durant ses cinq ans en poste à tenter de rendre plus transparents les procédés budgétaires du gouvernement conservateur.

Selon le FMI, grâce à sa transparence et à une stratégie médiatique active, M. Page a bâti une bonne réputation au service du budget, tant localement qu'internationalement. Une autre de ses forces a été de se concentrer sur les politiques fiscales.

Le rapport conclut que les tensions entre M. Page et le gouvernement Harper sont dues à la confusion sur la mission du service du budget, qui est un service de la Bibliothèque du Parlement. Cet emplacement dans l'organigramme pourrait avoir amoindri la marge de manoeuvre de M. Page.

Mais la confusion a atteint son apogée lorsque, déterminé à travailler de manière transparente, M. Page a rendu publics ses rapports, alors que la Bibliothèque du Parlement fournit des services confidentiels aux membres du Parlement.

Il a aussi poussé l'audace en étant très disponible pour les médias, allant jusqu'à leur offrir des résumés et des indications sur comment lire et comprendre ses rapports.

Cette approche, quoiqu'efficace à faire connaître le travail du DPB, a alimenté les tensions avec le gouvernement, note le FMI, poussant le DPB à chercher des réponses légales à des questions concernant son indépendance et sa composition institutionnelle.

M. Page a quitté son poste en mars dernier. Son successeur rencontrera aussi de nombreux défis, croit le FMI.

Déjà, sa remplaçante intérimaire, Sonia L'Heureux, s'est plainte, le mois dernier, que de nombreux départements fédéraux ne rencontraient pas les échéances de livraison des informations budgétaires que, selon une décision de la cour, le service du budget est en droit d'exiger.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.