NOUVELLES
05/08/2013 06:50 EDT | Actualisé 05/10/2013 05:12 EDT

La Russie et la Chine suspendent l'importation de produits néo-zélandais

WELLINGTON, Nouvelle-Zélande - La Chine et la Russie ont suspendu l'importation de certains produits laitiers provenant de Nouvelle-Zélande par crainte qu'ils ne soient contaminés au botulisme, ont indiqué lundi des responsables du pays.

Le géant laitier néo-zélandais Fonterra avait annoncé samedi que des centaines de tonnes de préparation pour nourrissons, de boissons énergétiques et d'autres produits vendus dans sept pays pourraient être contaminées, après que des tests aient découvert la présence d'une bactérie pouvant causer le botulisme dans du concentré de protéines de lactosérum.

Les exportations de produits laitiers et agricoles sont au coeur même de l'économie de la Nouvelle-Zélande et la Chine est son principal marché d'exportation. Témoignant de la gravité de la situation, le gouvernement néo-zélandais a assigné 60 responsables à ce dossier le week-end dernier.

Fonterra est le quatrième producteur laitier en importance de la planète, avec des revenus annuels d'environ 16 milliards $ US.

Les consommateurs de Chine et d'ailleurs sont prêts à payer un peu plus cher pour les produits néo-zélandais, en raisons des normes élevées qui y prévalent et de l'image idyllique du pays. Les consommateurs chinois se méfient aussi des produits locaux, après que de la préparation pour nourrissons contaminée ait fait six morts en 2008.

Le président et chef de la direction de Fonterra, Theo Spierings, a profité d'une conférence de presse, lundi à Pékin, pour offrir ses excuses à tous les consommateurs touchés par cette affaire.

Des rappels de certains types de préparations pour nourrissons ont aussi été annoncés en Malaisie, au Vietnam et en Thaïlande.

PLUS:pc