NOUVELLES
05/08/2013 08:22 EDT | Actualisé 05/10/2013 05:12 EDT

Égypte: un diplomate américain rencontre un dirigeant des Frères musulmans

LE CAIRE, Égypte - Un important diplomate américain a rencontré lundi un haut dirigeant des Frères musulmans incarcéré en Égypte.

Le secrétaire d'État adjoint des États-Unis, William Burns, a rencontré Khairat el-Shater, le puissant leader adjoint des Frères musulmans dans la prison où il est détenu, ont indiqué des responsables sous le couvert de l'anonymat.

Par ailleurs, les sénateurs américains John McCain et Lindsey Graham sont arrivés au Caire, lundi, à la demande du président Barack Obama, pour plaider en faveur d'un retour rapide à une administration civile.

M. Burns était accompagné des ministres des Affaires étrangères du Qatar et des Émirats arabes unis, ainsi que d'un émissaire européen. La porte-parole de l'ambassade américaine Patrici Kabra a refusé de commenter, mais un représentant du président par intérim Adly Mansour a confirmé la tenue de cette rencontre. Il a précisé que les quatre personnes devaient également s'entretenir plus tard dans la journée de lundi avec un autre leader des Frères musulmans, Saad el-Katatni.

M. el-Shater, de même que plusieurs autres importants islamistes, a été arrêté par les autorités après que l'armé eut expulsé le président déchu Mohammed Morsi. Il a été accusé de complicité en lien avec la mort de manifestants anti-Morsi lors des affrontements qui se sont poursuivis pendant quatre jours après le coup d'État de l'armée.

Les représentants du gouvernement n'ont pas précisé pourquoi M. Burns et ces diplomates s'étaient entretenus avec M. el-Shater, qui, selon plusieurs, tiraient les ficelles du pouvoir avec le leader spirituel des Frères musulmans, Mohammed Badie, pendant la présidence d'un an de Mohammed Morsi. M. Badie est en fuite.

Il reste que M. Burns et les trois autres diplomates se trouvent en Égypte dans le cadre des efforts déployés par la communauté internationale pour tenter de désamorcer la crise entre les partisans de M. Morsi et le gouvernement mis en place par l'armée le 3 juillet.

Plus d'un mois après que M. Morsi ait été chassé du pouvoir, des milliers de ses supporters occupent toujours deux places publiques du Caire pour exiger son retour au pouvoir. Quelque 250 personnes ont été tuées dans les violences qui ont suivies la chute du président Morsi, dont au moins 130 ont été abattus dans deux affrontements majeurs entre les forces de l'ordre et les manifestants.

M. Burns a rencontré le ministre de la Défense, le général Abdel-Fatah el-Sissi, et le premier ministre dimanche. Il a insisté sur la nécessité d'éviter la violence et de mettre en place un processus de transition politique qui fera une place à tous.

PLUS:pc