NOUVELLES
05/08/2013 08:12 EDT | Actualisé 05/10/2013 05:12 EDT

Coupe Rogers: Kei Nishikori élimine le Canadien Peter Polansky au premier tour

PC

MONTRÉAL - Le Japonais Kei Nishikori a eu raison du Canadien Peter Polansky 4-6, 6-4 et 6-2 en conclusion du programme de soirée sur le court central à la Coupe Rogers, lundi.

Nishikori, neuvième tête de série, a commencé le dernier set avec un bris, étant récompensé pour sa ténacité et la précision de ses frappes. Il a ensuite doublé sa priorité avec les mêmes armes et une constance supérieure en retour de balles.

Voulant forcer un peu la note, le qualifié ontarien, 254e sur le circuit de l'ATP, a accumulé les fautes directes au fur et à mesure que la rencontre avançait. Une double-faute et une frappe trop longue ont placé son adversaire aux commandes 3-0, puis Nishikori a ajouté un autre jeu à son avance.

Polansky a donné signe de vie en réduisant l'avance de son adversaire à 4-2, propulsé par un cinquième jeu gagné à zéro, mais un revers trop long a redonné trois jeux d'avance au Japonais. Ce dernier a ensuite prévalu au service sur un coup droit bien placé, au terme de deux heures de jeu.

«J'ai connu une baisse d'intensité au deuxième set, a reconnu Polansky. Pas trop, mais juste assez pour lui permettre de revenir dans le match. Je voyais qu'il arrivait à mettre plus de mordant dans ses coups. Il a réussi à dicter le rythme.»

Polansky avait battu deux joueurs mieux classés que lui en qualifications, avant de se débrouiller fort honorablement au premier tour, contre un joueur de haut calibre.

«Ç'a été une bonne séquence pour moi, a t-il dit. Ça va augmenter ma confiance de voir que j'ai pu élever mon jeu contre des joueurs comme ça.»

L'Ontarien a bien mal amorcé le match en perdant le premier jeu à zéro au service, sur une double-faute. Du jeu tenace a toutefois permis à l'athlète de 25 ans de faire 1-1, sur un brillant revers à bout de bras en fond de terrain.

Polansky a cependant échappé le troisième jeu sur la même bourde qu'en début de rencontre — une double-faute. Le tennisman nippon a ensuite gardé son service, mais le favori local est resté dans le match avec un cinquième jeu convaincant, réduisant l'avance de son rival à 3-2.

Polansky a rallié encore plus la foule à sa cause avec un bris nivelant le score à 3-3, puis en remportant le jeu suivant peu après un puissant service qui a menotté son rival. Le joueur originaire de Matsue, au Japon, s'est toutefois imposé au filet et au service pour créer l'impasse 4-4.

Le tennisman de Thornhill a repris les devants — son service l'a encore une fois aidé —, avec une fulgurante frappe pour son troisième point. Une belle panoplie de coups au jeu suivant (brillant coup droit parallèle, volée sans équivoque et savante touche sur un smash), suivie d'une double-faute de Nishikori, lui ont permis d'enlever le premier set.

En deuxième manche, le représentant de l'unifolié s'est imposé au service, mais Nishikori a conservé le sien pour mener 5-3. Polansky a bien bataillé pour rétrécir le déficit, avec notamment un lob bien dosé, mais le Japonais a mérité la manche au 10e jeu, avec entre autres un vif coup droit en parallèle.

Son prochain rival sera l'Italien Andreas Seppi, qui a battu le Tchèque Lukas Rosol 6-4, 4-6 et 7-6 (4) plus tôt lundi.

Levine a rendez-vous avec Nadal

À mi-chemin du match Polansky-Nishikori, le Canadien Jesse Levine a concrétisé un gain de 6-4 et 7-6 (4) contre le Belge Xavier Malisse, sur le court Banque nationale. La récompense: un match contre l'Espagnol Rafael Nadal, quatrième tête de série.

Né à Napean, en Ontario, Levine a déménagé en Floride au cours de son adolescence et a représenté les États-Unis jusqu'à tout récemment.

«C'est bien de jouer devant des partisans», a confié Levine, qui représente officiellement le Canada depuis décembre. «J'espère qu'ils continueront de m'appuyer. Je vais faire de mon mieux et nous verrons ce qui se produira.»

En amorce du programme de soirée, l'Ouzbekh Denis Istomin, 66e au monde, a surpris le Serbe Janko Tipsarevic 6-4 et 6-3 . Son prochain rival sera le gagnant du duel entre l'étoile montante du tennis canadien Filip Peliwo et le Finlandais Jarkko Nieminen.

Peliwo fait partie des six Canadiens qui ont accédé au tableau principal — le plus grand nombre depuis les sept en 1987, dont le capitaine de la Coupe Davis Martin Laurendeau et Stéphane Bonneau. Avant le match opposant Polansky à Nishikori, une foule clairsemée mais chaleureuse dans ses applaudissements a salué Bonneau, Sébastien Leblanc, Simon Larose et Frédéric Niemeyer, les nouveaux intronisés au Temple de la renommée de la Coupe Rogers.

Tour à tour, les membres de ce quatuor québécois ont reçu un bel accueil, suivi de dynamiques montages vidéo de leurs meilleurs moments en carrière. Ils ont aussi assisté au dévoilement d'une plaque les honorant.

Le mieux classé des Canadiens, Milos Raonic, fera son entrée mardi soir. Le 13e joueur mondial et 11e tête de série affrontera alors le Français Jérémy Chardy, 28e au monde.

INOLTRE SU HUFFPOST

15 espoirs du tennis