NOUVELLES
05/08/2013 07:51 EDT | Actualisé 05/10/2013 05:12 EDT

Affaire Ergenekon : lourdes peines pour des militaires turcs

Radio-Canada

La justice turque a condamné lundi à la prison à perpétuité l'ancien chef d'état-major des armées, Ilker Basbug, ainsi que 16 autres généraux à la retraite et des civils, pour leur implication dans un complot destiné à renverser le gouvernement issu de la mouvance islamiste.

Des journalistes et des députés d'un parti d'opposition ont également été condamnés à des peines allant de 12 à 35 ans de prison.

Quelque 275 accusés, dont 66 se trouvaient en détention provisoire, étaient jugés depuis octobre 2008 pour leur rôle dans ce présumé complot. Vingt et un accusés ont été acquittés.

Cette affaire est devenue un symbole de la lutte entre le gouvernement post-islamiste du Parti pour la justice et le développement (AKP) et les élites laïques du pays.

Selon les procureurs, les accusés appartenaient à un réseau clandestin ultranationaliste, Ergenekon, du nom d'une vallée mythique d'Asie centrale. Ils auraient eu l'objectif de fomenter un coup d'État militaire contre le premier ministre Recep Tayyip Erdogan en semant le chaos dans le pays par des attentats et des opérations de propagande.

Les partisans des accusés, pour leur part, dénoncent une « instrumentalisation politique » de la justice. Ils soutiennent que les charges ont été inventées et visent plutôt à faire taire les défenseurs de la laïcité.

L'enquête a débuté après la découverte, en 2007, de plusieurs caches d'armes, notamment à Istanbul et Ankara, ainsi que de plans d'attentats.

Tensions à Silivri

Des centaines de policiers et des gendarmes antiémeutes, ainsi que des blindés et des canons à eau, étaient déployés aux alentours du tribunal de Silivri, à l'ouest d'Istanbul, en attendant le verdict. Le gouverneur d'Istanbul, Hüseyin Mutlu, avait interdit les manifestations et rassemblements.

Des échauffourées ont néanmoins éclaté entre des manifestants et la police, qui a utilisé des jets d'eau et des gaz lacrymogènes pour les disperser.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

#OccupyGezi Protests