NOUVELLES
04/08/2013 09:15 EDT | Actualisé 04/10/2013 05:12 EDT

Amnistie demande la libération de cinq «prisonniers de conscience» à Cuba

LA HAVANE, Cuba - Amnistie Internationale affirme que cinq détenus cubains sont en réalité des prisonniers de conscience et a demandé leur libération immédiate, dimanche.

L'organisme de surveillance des droits humains a soulevé les cas de Rafael Matos Montes de Oca, Emilio Planas Robert et des frères Alexeis, Diango et Vianco Vargas Martin. Il affirme qu'ils sont détenus depuis des mois dans des établissements de l'est de l'île.

Ces cinq cas seraient la pointe de l'iceberg concernant les cas de répression de la liberté d'expression, selon Javier Zuniga, un conseiller spécial d'Amnistie.

Les officiels cubains, qui n'ont pas commenté, dimanche, nient avoir fait des prisonniers politiques.

Au cours des dernières années, Cuba a libéré les cas reconnus internationalement comme des prisonniers de conscience. En avril 2011, les derniers des 75 dissidents et activistes condamnés à de longues sentences d'emprisonnement ont été libérés grâce à une entente avec l'Église catholique romaine. Beaucoup se sont exilés avec leur famille.

Amnistie Internationale avait alors dit croire que Cuba ne détenait plus de prisonniers de conscience. Depuis, chaque fois que l'organisme a dénoncé un prisonnier politique sur l'île, il a été relâché quelques jours, semaines ou mois plus tard.

Plus récemment, en janvier, le journaliste indépendant Calixto Martinez a été nommé prisonnier de conscience par Amnistie et a été libéré en avril, après avoir été détenu pendant près de sept mois sans recevoir d'accusation formelle.

Les cinq prisonniers désignés dimanche sont les seuls, présentement, qu'Amnistie croit être des cas idéologiques à Cuba.

PLUS:pc