POLITIQUE

Stephen Harper se range derrière le projet d'oléoduc Énergie Est

02/08/2013 01:08 EDT | Actualisé 02/10/2013 05:12 EDT
Alamy

QUÉBEC - Le gouvernement fédéral est clairement favorable à l'idée d'accroître le transport du pétrole par oléoduc à travers le pays, a tenu à rappeler vendredi le premier ministre Stephen Harper, de passage à Québec.

Les divers projets d'oléoducs qui sont sur la table auraient pour effet d'assurer la sécurité énergétique du pays, tout en fournissant davantage d'emplois aux Canadiens, a-t-il fait valoir en conférence de presse, en marge d'une annonce d'intérêt local.

«C'est important pour nous de vendre nos produits énergétiques. Et je pense que c'est une bonne idée d'avoir des solutions pancanadiennes qui vont créer des emplois et qui vont assurer la sécurité énergétique pour tout le pays», a-t-il dit, en soutenant que l'oléoduc demeurait le moyen le plus sécuritaire de transporter des produits énergétiques.

M. Harper s'est toutefois bien gardé d'approuver officiellement les projets en cours de transport de pétrole brut, sous prétexte que ces initiatives devaient faire l'objet de processus d'évaluation indépendants des gouvernements.

La veille, la société TransCanada annonçait son intention d'aller de l'avant avec son projet de bâtir son pipeline Énergie Est, d'une capacité de 1,1 million de barils par jour de pétrole allant de l'Alberta vers le Québec et les Maritimes. Le gouvernement Marois ne s'est pas encore prononcé sur ce projet.

Un concurrent, Enbridge, projette aussi d'inverser le flux de son pipeline et d'acheminer jusqu'à 300 000 barils par jour de brut nord-américain vers le Québec.

Le premier ministre Harper a aussi rappelé son vif intérêt pour un autre projet, celui de Keystone XL, qui vise à transporter le pétrole du Canada vers les États-Unis. «Voilà un projet qui va créer des emplois des deux côtés de la frontière et ça va encourager la sécurité énergétique. Nous sommes tout à fait convaincus que ce projet est dans l'intérêt national de nos deux pays», a-t-il dit, en attente de la réponse du gouvernement américain d'ici la fin de l'année.

Depuis la tragédie ferroviaire survenue le mois dernier à Lac-Mégantic, où 47 personnes ont perdu la vie à la suite du déraillement d'un train bourré de pétrole, la question de la sécurité du transport du pétrole est devenue une préoccupation majeure au pays.

Le Parti libéral du Québec, par la voix de son porte-parole en matière d'énergie, Pierre Paradis, s'est dit favorable, vendredi, à la réalisation de l'oléoduc de TransCanada, à la condition que les normes environnementales en vigueur soient respectées et que la sécurité des citoyens soit mise au premier plan.

«C'est une excellente nouvelle pour l'économie du Québec. Mais le gouvernement devra se montrer plus que jamais proactif en matière de sécurité, rien ne devra être laissé au hasard. Si toutes ces conditions sont réunies, les retombées seront bénéfiques pour l'économie du Québec. Des centaines, voire des milliers d'emplois seront créés au Québec», a dit M. Paradis par voie de communiqué.

Depuis quelques mois, le premier ministre Harper multiplie les visites au Québec. Vendredi, il était à Québec pour la quatrième fois en moins d'un an. En soirée, il allait inaugurer les Jeux du Canada à Sherbrooke.

M. Harper était de passage à Québec pour annoncer un investissement de 8,2 millions $ devant permettre de réaménager la côte Gilmour qui sera dorénavant ouverte à l'année longue. Ainsi, une voie d'accès supplémentaire permettra en toute saison d'unir la basse-ville et la haute-ville de Québec, sur les Plaines d'Abraham, territoire de compétence fédérale.

M. Harper était accompagné de son lieutenant au Québec, le ministre Denis Lebel, de la ministre du Patrimoine, Shelly Glover, et du maire de Québec, Régis Labeaume.

INOLTRE SU HUFFPOST

Fracturation hydraulique: les pour et les contre