NOUVELLES

Ottawa critique la décision de Moscou d'accueillir Snowden

02/08/2013 01:53 EDT | Actualisé 01/10/2013 05:12 EDT

Le Canada ajoute sa voix à celle des pays qui critiquent la décision de la Russie d'octroyer l'asile politique temporaire à Edward Snowden, l'informaticien à l'origine des révélations sur les pratiques de surveillance du gouvernement américain.

« Ce n'est pas une chose que le Canada aurait envisagé de faire », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, John Baird, dans une entrevue exclusive avec La Presse Canadienne. « Voilà un exemple qui démontre que la Russie demeure toujours quelque peu étrangère au G8. » 

Il s'agit de la première déclaration du gouvernement canadien sur le cas d'Edward Snowden depuis qu'il a été autorisé, jeudi, à quitter la zone de transit de l'aéroport international de Moscou.

Le président russe, Vladimir Poutine, a offert l'asile à M. Snowden pour un an, à la condition qu'il cesse de révéler des informations secrètes concernant les États-Unis. La Maison-Blanche s'est dite « extrêmement déçue » par la décision de la Russie de ne pas remettre le fugitif aux autorités américaines, qui veulent le poursuivre pour espionnage. 

Les commentaires de John Baird sont similaires aux propos tenus par le premier ministre Stephen Harper en juin, à la veille de l'ouverture du sommet du G8 en Irlande.
M. Harper avait alors affirmé que le président russe était un personnage « en marge » du G8.

« Il s'agit d'un G7 plus un. Allons, soyons franc, c'est ce dont il s'agit: un G7 plus un », avait déclaré le premier ministre. M. Harper faisait alors référence à l'appui de la Russie au président syrien Bachar Al-Assad, une position qui n'est pas endossée par les autres membres du G8. L'appui de la Russie au régime syrien est devenu un important irritant dans les relations entre le Kremlin et les pays occidentaux.

M. Baird n'a pas voulu se prononcer davantage sur le dossier Snowden. Il a toutefois tancé la Russie pour sa nouvelle loi contre la « propagande » homosexuelle. Selon lui, il s'agit d'une loi haineuse qui pourrait inciter à la violence.

Le ministre a par ailleurs révélé que la Russie s'était de nouveau retrouvée seule au sein du G8 lorsque la question des minorités sexuelles a été abordée lors d'un précédent sommet, en mai 2012. La Russie avait alors indiqué qu'elle ne donnerait pas son accord à une déclaration d'appui du groupe.

« Tous les pays du G7 ont appuyé « la déclaration », et cela comprenait des gouvernements de centre-droit comme en Allemagne, en France, au Canada et au Royaume-Uni », a dit M. Baird.

L'affaire Snowden et la controversée loi russe, qui impose de lourdes amendes à ceux qui diffusent aux mineurs des informations sur l'homosexualité, en plus d'interdire les défilés de la Fierté gaie, semblent avoir jeté un froid sur le sommet du G20 prévu le mois prochain à Saint-Pétersbourg.

Un porte-parole de M. Harper a soutenu que le Canada ne se gênait pas pour soulever les questions relatives aux droits de la personne dans ses discussions avec la Russie.

Edward Snowden est un ancien employé de l'agence américaine de sécurité nationale, en fuite depuis qu'il a révélé l'existence d'un vaste programme de surveillance du gouvernement américain.

Il a obtenu l'asile en Russie jeudi après être resté dans l'aéroport de Moscou depuis son arrivée de Hong Kong, le 23 juin.

La Presse Canadienne

PLUS:rc