NOUVELLES

Les conservateurs britanniques embauchent un ancien chef de campagne d'Obama

02/08/2013 05:00 EDT | Actualisé 02/10/2013 05:12 EDT

LONDRES - Les conservateurs britanniques ont embauché Jim Messina, l'ancien directeur de campagne du président américain Barack Obama, pour les conseiller en prévision des élections générales de 2015.

M. Messina était le chef de cabinet de M. Obama lors de la campagne présidentielle de 2008, et son directeur de campagne en 2012. Ses capacités organisationnelles et ses stratégies sur les médias sociaux ont été invoquées comme facteurs ayant permis la réélection de M. Obama.

Le stratège est désormais président d'une organisation sans but lucratif appelée Organizing for Action, en plus de diriger le cabinet de consultants The Messina Group.

M. Messina a déclaré vendredi qu'il admirait le premier ministre britannique David Cameron «depuis longtemps», et qu'il offrirait des «conseils stratégique de campagne» aux conservateurs. Il a ajouté qu'il demeurerait aux États-Unis et qu'il ne gérerait pas les activités politiques quotidiennes des conservateurs britanniques.

Les conservateurs gouvernent actuellement au sein d'une coalition avec les libéraux-démocrates, mais espèrent remporter une majorité en 2015. Leur défi sera d'être réélus au moment où l'économie britannique se remet difficilement de la récession provoquée par la crise financière mondiale de 2008.

Sous David Cameron, le gouvernement britannique a mis de l'avant des politiques économiques conservatrices, comme les privatisations et les compressions budgétaires, tout en adoptant une approche plus libérale dans des dossiers comme le mariage homosexuel, récemment légalisé en Angleterre et aux pays de Galles.

La BBC a rapporté vendredi que M. Messina conseillerait les dirigeants conservateurs et le stratège de campagne du parti, Lynton Crosby.

Depuis l'embauche en novembre de M. Crosby, un vieux routier de la politique australienne surnommé le «magicien d'Oz», les conservateurs semblent avoir adopté une position plus ferme sur des dossiers comme l'immigration pour aller chercher l'appui de leurs rivaux à droite.

PLUS:pc