NOUVELLES

Le bénéfice de Groupe TVA recule à 7 millions $ au deuxième trimestre

02/08/2013 10:25 EDT | Actualisé 02/10/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Groupe TVA (TSX:TVA.B) a annoncé vendredi un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 7 millions $, soit 29 cents par action, au deuxième trimestre, comparativement à un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 10,2 millions $ ou 43 cents par action l'an dernier, en excluant le gain sur disposition de placements de 12,9 millions $.

Le bénéfice d'exploitation du secteur de la télévision a été de 18,9 millions $, soit une croissance de 3 millions $ qui s'expliquerait principalement par le fait que les résultats de SUN News ne sont plus consolidés depuis le 1er juillet 2012.

En revanche, le bénéfice d'exploitation du Réseau TVA a été plombé par une baisse de 1,5 pour cent de ses produits d'exploitation. Groupe TVA a aussi rapporté une baisse des résultats d'exploitation des services spécialisés découlant des investissements accrus en programmation pour l'ensemble des services.

Le bénéfice d'exploitation du secteur de l'édition a été de 2 millions $, soit une baisse de 595 000 $ principalement attribuée à une variation défavorable de la charge relative à la contribution des entreprises aux coûts qui découleraient des services de récupération et de valorisation des matières résiduelles fournis par les municipalités au Québec, alors qu'au second trimestre de 2012, une réévaluation à la baisse du passif comptabilisé au premier trimestre de 2012 avait été enregistrée relativement à cette charge.

Le président et chef de la direction de Groupe TVA, Pierre Dion, a expliqué par voie de communiqué que les résultats du dernier trimestre combinés à ceux du premier trimestre de 2013 permettent de constater les tendances lourdes du marché de la télévision dans le monde.

Les flux de trésorerie générés par les activités d'exploitation ont été de 10,7 millions $ au second trimestre 2013 comparativement à 2 millions $ pour le trimestre correspondant de 2012.

Cette hausse de 8,7 millions $ s'expliquerait essentiellement par l'écart favorable de la variation nette des éléments hors liquidités, dont la variation favorable au niveau des débiteurs et des émissions, droits de diffusion et de distribution et stocks, compensée en partie par l'écart défavorable au niveau des droits à payer.

PLUS:pc