BIEN-ÊTRE

Festival Mode et Design: du vintage pour le Chaînon (PHOTOS)

02/08/2013 11:15 EDT | Actualisé 02/10/2013 05:12 EDT
Agence QMI

La tendance grunge était à l'honneur jeudi soir, au Festival Mode et Design de Montréal (FMD), alors que quelques personnalités féminines d'ici ont paradé dans le cadre de l'événement Vintage Love, un défilé pour souligner les 80 ans du Chaînon.

Toutes marraines de l'organisme qui vient en aide aux femmes en difficulté, Andrée Lachapelle, Anne-Marie Cadieux, Catherine Pogonat, India Desjardins et Sophie Cadieux ont revêtu pour l'occasion des créations du styliste YSO. Celui-ci a pigé dans les vêtements du Coffre aux trésors du Chaînon, le magasin du regroupement, et les a transformés, sans toutefois coudre, couper ou modifier quoi que ce soit. Par exemple, une chemise d'homme à carreaux pouvait être nouée autour d'une taille et ainsi devenir une jupe. L'artiste a donc jonglé avec les styles et les couleurs à partir de morceaux recyclés, pour recréer un esprit vintage. Les mannequins d'un soir ont déambulé au son des airs hip-hop de Heart Streets, entourées de dizaines de véritables professionnelles du catwalk. Visiblement fières de représenter le Chaînon, les vedettes ont pris plaisir à se prêter au jeu et à enfiler ces tenues démodées, mais réinventées, le temps de quelques pas.

«Quand j'ai essayé mon ensemble pour ce soir, j'ai dit : "Hum, c'est original...", a lancé India Desjardins d'un air rieur et incertain. Je ne serais pas nécessairement à l'aise de porter ça, mais je trouve qu'YSO a fait preuve de beaucoup de créativité. Dans un festival comme celui-ci, on peut tout faire avec les looks, et c'est très plaisant.»

«Toute ma vie, je me suis habillée dans des friperies et des comptoirs familiaux, a expliqué Sophie Cadieux. Même mes meubles sont souvent vintages. J'étais très contente du style qu'YSO m'a créé, qui fait un peu grunge, 1990... Je ne m'habillerais pas comme ça à tous les jours, mais le résultat est drôle.»

Porte-parole du FMD depuis 2008, Geneviève Borne n'était pas du petit groupe qui devait s'exhiber dans ces atours un brin kitsch, mais a assuré qu'elle se mêlerait au public longeant l'avenue McGill College, pour encourager ses camarades.

«Moi, j'aime acheter des vêtements neufs, mais je suis accro aux années 1980, a avoué la co-animatrice de Belle et Bum. J'aime tout ce qui est new wave et je l'assume. Le temps aurait pu s'arrêter aux années 1980, et j'aurais été heureuse.» Dans cette thématique, Geneviève mettra en scène, samedi, le défilé de clôture du FMD, intitulé Mutations, un miroir sur une interprétation du futur vue des années 1980. Y seront explorées la fabrication de l'image et la robotisation de l'humain, sur une passerelle transformée en (fausse) chaîne de montage.

Pour la cause

Les marraines du Chaînon ont endossé ce rôle dans la foulée du 80e anniversaire de la maison d'hébergement, qui a déjà été souligné par quelques activités, lesquelles s'étendront jusqu'à la fin de l'année, dans le but d'accroître la visibilité de l'organisation et d'inciter les gens à faire des dons. On a lancé les festivités en mars dernier et, après un tournoi de golf et le défilé vintage du FMD, un grand spectacle-bénéfice aura lieu en novembre prochain. La prestation promet d'ailleurs d'être haute en couleurs, si on en croit Catherine Pogonat.

«On nous a demandé de faire quelque chose qu'on n'est pas habitués de faire, a précisé cette dernière. Moi, je me suis risquée à dire que je pourrais chanter. Je chante mal, mais je fais beaucoup de karaoké et j'aime jouer à chanter. Je suis une grande joueuse, dans la vie. Et pour le Chaînon, ça en vaut la peine!»

«J'étais très flattée qu'on me demande d'être marraine, a poursuivi Catherine. C'est un organisme que j'encourage depuis que je suis toute petite. Ma mère donnait des vêtements au Chaînon. Pour moi, c'est important d'être là ce soir, c'est une façon ludique de soutenir la cause.»

«Quand on m'a demandé d'être marraine, j'ai été visiter l'endroit et j'ai été très touchée, a renchéri India Desjardins. Avant, je pensais que le Chaînon était un refuge pour les femmes battues, mais c'est beaucoup plus que ça. C'est vraiment pour les femmes en difficulté. J'aime leur approche, qui consiste à donner des outils, à apprendre à pêcher, à aider les femmes à trouver du travail et des ressources psychologiques... On les incite à retourner dans la société au lieu de les cajoler pour qu'elles restent dans leurs problèmes. C'est un organisme qui fait une grande différence.»

Sophie Cadieux a abondé dans le même sens. «Le Chaînon est un lieu où il n'y a pas de jugements, a souligné la comédienne. On dépose nos pénates et, avant de nous faire remplir un questionnaire, on nous laisse nous reposer. C'est utile et nécessaire.»

Pour en savoir plus sur la mission du Chaînon ou faire un don, on consulte le www.lechainon.org.

Le Festival Mode et Design de Montréal se poursuit pour sa part jusqu'au samedi 3 août. Pour plus de détails : www.festivalmodedesign.com.

INOLTRE SU HUFFPOST

Vintage Love, par Yso