NOUVELLES

Des maires s'inquiètent du transport de déchets radioactifs

02/08/2013 06:26 EDT | Actualisé 02/10/2013 05:12 EDT

De nombreux élus municipaux sont inquiets que des déchets radioactifs doivent bientôt circuler du Canada vers les États-Unis. Un projet de transporter ces déchets par camion soulève des inquiétudes chez une quarantaine de maires du Québec qui demandent à Ottawa d'intervenir.

C'est la signature d'une entente des États-Unis avec le Canada en 2010 qui est à l'origine de ces préoccupations. L'entente prévoit le rapatriement de déchets radioactifs canadiens en sol américain. Ces déchets proviennent d'uranium hautement enrichi utilisé à Chalk River, en Ontario.

Actuellement, lorsque les déchets sont transportés au Canada, ils sont sous forme solide. En cas d'accident, il y a donc moins de risques de contamination.Mais éventuellement, des déchets radioactifs liquides seront transportés dans des camions. Ils partiront de la centrale de Chalk River en Ontario, vers Savannah, en Caroline du Sud. La route sera gardée secrète pour des questions de sécurité nationale.

Ce qui inquiète les élus, c'est la possibilité que le contenu de ces camions se renverse dans les rivières, les Grands Lacs et le fleuve Saint-laurent, ce qui poserait problème à toutes les populations qui s'y approvisionnent en eau potable, comme l'explique la présidente du comité exécutif de Montréal, Josée Duplessis.

« Et des déchets liquides se répandent plus facilement dans l'environnement, que des déchets solides et ça traverse les affluents des Grands Lacs, ça traverse le fleuve Saint-Laurent, c'est ça l'impact, ça traverse plusieurs rivières », dit-elle.

Expert en écotoxicologie à l'Université du Québec à Rimouski, Émilien Pelletier estime que les élus ont raison d'interpeller le gouvernement

« Écoutez, il y a certainement lieu de poser des questions, et de démontrer une certaine inquiétude. Les risques sont liés à ce qu'on va transporter, à quand et comment on va le transporter, évidemment. »

Des maires inquiets demandent un moratoire sur ces transports. À Montréal, les élus vont aborder la question lors du prochain conseil municipal.

De son côté, la Commission canadienne de la sûreté nucléaire a indiqué qu'il n'y a pas de demande de transport vers les États-Unis.

Avec les reportages de François Cormier et de David Savoie

PLUS:rc