NOUVELLES

Après la tragédie de Lac-Mégantic, les É.-U. gonflent la sécurité ferroviaire

02/08/2013 09:23 EDT | Actualisé 02/10/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - Dans la foulée de la catastrophe ferroviaire survenue à Lac-Mégantic qui a fait 47 morts le 6 juillet, l'Administration américaine des chemins de fer (FRA) a émis une série de mesures qui devront être adoptées par tous les transporteurs pour éviter que des trains se trouvant sur des voies principales ou d'évitement ne bougent de façon non intentionnelle.

La demi-douzaine de mesures dévoilées dans cet ordre urgent visent particulièrement les trains transportant des matières dangereuses comme le pétrole brut et l'éthanol. Tous les transporteurs ferroviaires devront intégrer ces nouvelles normes d'ici 30 jours, a souligné vendredi soir la FRA par voie de communiqué.

Après le déraillement mortel survenu dans l'est du Québec, lors duquel un train composé de 72 wagons-citernes de pétrole brut a dévalé une pente avant de détruire le centre-ville de la petite municipalité, il a été révélé qu'une seule personne était responsable du convoi. Transports Canada a depuis interdit les équipages d'un seul homme pour des trains transportant des matières dangereuses, et ces convois ne pourront plus être laissés sans surveillance sur une voie principale.

Aux États-Unis, l'ordre de la FRA n'interdit pas les équipages d'un seul membre, mais le département des Transports, qui supervise l'agence, a déclaré par voie de communiqué que la «sécurité ferroviaire était améliorée par l'emploi de plusieurs membres d'équipage».

Selon l'une des directives émises vendredi, les trains dangereux ne pourront désormais plus être laissés sans surveillance sur une voie principale ou sur celles à l'extérieur d'une gare ou d'un dépôt, à moins d'avoir obtenu une autorisation spéciale.

Pour recevoir cette autorisation, les transporteurs doivent développer et soumettre à la FRA une procédure pour sécuriser les trains transportant du matériel dangereux, y compris en verrouillant ou désactivant la locomotive, et de s'assurer que le nombre adéquat de freins à main ont été activés.

La FRA a annoncé qu'elle tiendrait une réunion d'urgence de son Comité consultatif sur la sécurité ferroviaire pour déterminer quelles mesures additionnelles pourraient être nécessaires, alors que l'agence continue d'évaluer les procédures de sécurité à la suite de l'accident au Québec.

PLUS:pc