NOUVELLES

TransCanada va de l'avant avec son oléoduc vers l'est du pays

01/08/2013 07:39 EDT | Actualisé 01/10/2013 05:12 EDT

L'entreprise TransCanada annonce qu'elle va poursuivre son projet d'oléoduc qui doit transporter du pétrole de l'Ouest canadien jusqu'à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, en passant par le Québec.

TransCanada explique que son appel de soumissions exécutoires pour l'utilisation du futur oléoduc Énergie Est a donné lieu à des contrats pour le transport d'environ 900 000 barils de pétrole par jour.

Le coût du projet est estimé à 12 milliards de dollars. TransCanada estime que les livraisons de pétrole commenceront en 2017 au Québec, et en 2018 au Nouveau-Brunswick. Le pétrole sera livré à Montréal, à Québec et à Saint-Jean.

TransCanada prévoit convertir une section de 3000 km de son gazoduc pour le transport de pétrole. D'autres tronçons seront construits en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec et au Nouveau-Brunswick pour compléter l'oléoduc. L'infrastructure aboutira au terminal Canaport, à Saint-Jean, où du pétrole pourra être expédié à l'étranger à bord de pétroliers.

Le projet Énergie Est doit encore recevoir l'approbation de l'Office national de l'énergie. Entre-temps, le ministre des Ressources naturelles, Joe Oliver, se réjouit de la confirmation du projet. « Des initiatives comme celle-ci permettraient aux raffineries canadiennes de traiter beaucoup plus de pétrole canadien à des prix qui pourraient être plus bas, d'améliorer la sécurité énergétique du Canada et de rendre notre pays moins dépendant du pétrole étranger », souligne M. Oliver.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, David Alward, applaudit aussi le projet. « Ensemble, nous saisissons une occasion sans précédent qui nous permettra de créer des emplois pour nos travailleurs, de rebâtir les bases de l'économie de nos communautés, et de financer les programmes sociaux, d'éducation et de santé que nos familles méritent », affirme M. Alward.

Un nouveau terminal maritime à Saint-Jean

Le nouvel oléoduc se rendra jusqu'au terminal Canaport, à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, où TransCanada et la pétrolière Irving prévoient construire un terminal maritime en eau profonde. La réalisation de ce projet de 300 millions de dollars devrait commencer en 2015, précise Irving.

Des consultations avec les communautés

TransCanada promet de consulter toutes les personnes et les collectivités touchées par son projet d'oléoduc. Avant même la confirmation du projet, la construction de l'oléoduc avait soulevé des craintes et des critiques de résidents dans certaines régions du Québec.

L'Assemblée des chefs des Premières Nations du Nouveau-Brunswick affirme pour sa part que certaines conditions doivent être respectées pour qu'elle approuve le passage de l'oléoduc sur des terres traditionnelles des Autochtones. Les chefs veulent s'assurer du respect de l'environnement et des traités, et d'une participation des Autochtones au projet.

PLUS:rc