NOUVELLES

L'armée sri-lankaise tire sur des manifestants qui réclamaient de l'eau: un mort

01/08/2013 03:46 EDT | Actualisé 01/10/2013 05:12 EDT

COLOMBO, Sri Lanka - Une personne a été tuée et une quinzaine d'autres ont été blessées, jeudi, quand l'armée sri-lankaise a ouvert le feu sur des manifestants qui réclamaient de l'eau potable non contaminée.

Environ 4000 personnes s'étaient réunies à Weliweriya, à environ 20 kilomètres au nord-est de la capitale, Colombo. Selon un manifestant, qui a réclamé l'anonymat par crainte pour sa sécurité, les rejets chimiques d'une usine dans les cours d'eau de la région ont contaminé l'eau potable d'environ 15 villages.

Les résidants demandaient depuis plus d'un mois que les autorités ferment l'usine, sans résultat, d'après ce manifestant.

Il a affirmé que la police avait lancé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Des manifestants ont ensuite affronté les policiers, poussant l'armée à ouvrir le feu. Selon lui, les soldats ont tiré sur des manifestants qui tentaient de s'enfuir en courant.

Des journalistes présents durant l'incident ont déclaré que les soldats avait frappé plusieurs journalistes et photographes qui couvraient l'événement, en plus de briser leurs appareils photo.

Un porte-parole de la police, Buddika Siriwardene, a affirmé qu'une personne avait été tuée et que 15 autres avaient été hospitalisées. Il a refusé de donner des détails sur la nature de leurs blessures.

M. Siriwardene a indiqué que les forces de l'ordre avaient sévi parce que les manifestants continuaient de bloquer une importante route et de perturber la circulation, après avoir promis au ministère de la Défense qu'ils suspendraient leur mouvement de protestation jusqu'à ce que l'enquête soit complétée.

Les manifestants ont lancé des pierres et des bouteilles aux policiers, a-t-il dit.

C'est la troisième fois en deux ans que les forces de sécurité sri-lankaises ouvrent le feu sur des manifestants. En 2011, un ouvrier avait été tué par balle lors d'un rassemblement, tandis qu'en 2012, la police avait abattu un pêcheur qui protestait contre la hausse du prix du carburant.

PLUS:pc