NOUVELLES

Ariel Castro demande pardon

01/08/2013 11:03 EDT | Actualisé 01/10/2013 05:12 EDT

Ariel Castro, qui a plaidé coupable pour la séquestration de trois Américaines dans sa maison de Cleveland pendant plus de dix ans, a demandé pardon, jeudi, lors d'une audience destinée à fixer sa peine.

« Je voudrais demander pardon », a déclaré Ariel Castro peu après le début de l'audience. Il a ensuite été interrompu par le juge, qui lui a précisé qu'il pourrait s'exprimer un peu plus tard.

Le procureur Tim McGinty avait pourtant affirmé mercredi qu'Ariel Castro ne témoignait d'aucun remords.

Une réplique de la maison d'Ariel Castro a été présentée devant la cour pour illustrer comment les femmes étaient isolées les unes des autres pendant leur captivité.

La cour a aussi entendu les témoignages de policiers, d'un détective et d'un psychiatre.

L'agent Andrew Burke, de la police fédérale américaine, a indiqué que la porte avant de la résidence était équipée d'un système d'alarme improvisé et que d'épais rideaux camouflaient une deuxième porte.

Les fenêtres avaient été placardées, la porte d'une chambre ne pouvait être ouverte que de l'extérieur et des chaînes ont été retrouvées dans certaines pièces.

La policière Barbara Johnson, du service de police de Cleveland, a été une des premières à pénétrer dans la maison après qu'une des captives eut réussi à appeler à l'aide. Elle a affirmé que les trois femmes étaient pâles et maigres. Elle raconte que Michelle Knight « s'est littéralement jetée dans leurs bras ».

L'urgentiste Gerald Maloney a aussi expliqué à la cour que les femmes étaient en état de panique quand elles sont arrivées à l'hôpital. Toutes ont décrit avoir été violées à de multiples reprises.

Ariel Castro est passible de la prison à vie

L'ancien chauffeur d'autobus de 53 ans a plaidé coupable la semaine dernière de 937 chefs d'accusation, dont des accusations de meurtre, d'enlèvement et de viol.

Cette reconnaissance de culpabilité, si elle est validée par le juge, lui permettra d'échapper à la peine capitale.

L'homme sera vraisemblablement condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle, plus 1000 ans derrière les barreaux.

« M. Castro accepte la pleine responsabilité de sa conduite », a déclaré son avocat Craig Weintraub. Par cette reconnaissance de culpabilité, « nous voulons éviter de parler de tous les détails salaces [...] C'est pour cette raison que nous avons accepté une peine de prison à vie sans remise de peine [...] Nous avons pris cette décision dans l'intérêt des jeunes femmes et de la société ».

Les procureurs devraient néanmoins fournir plus de détails concernant les crimes qui sont reprochés à Castro, avant le prononcé de la peine.

L'une des victimes, Michelle Knight, 32 ans, est présente à l'audience et pourrait intervenir.

Les autorités ont déjà indiqué que Michelle Knight, la première des trois femmes à avoir été kidnappée, était celle qui avait le plus souffert d'agressions physiques.

Les deux autres jeunes femmes, Amanda Berry, 27 ans, et Gina DeJesus, 23 ans, ne devraient pas assister à l'audience. Le juge a toutefois réservé du temps pour d'éventuelles déclarations des victimes ou de leurs représentants.

Les trois jeunes femmes avaient été enlevées dans la rue à des moments différents alors qu'elles avaient respectivement 20, 16 et 14 ans. Durant leur séquestration, elles ont été enchaînées, battues et violées à de très nombreuses reprises. Amanda Berry a également eu une petite fille, Jocelyn, née en captivité et âgée de six ans au moment de leur libération, le 6 mai dernier. Des analyses ADN ont confirmé qu'Ariel Castro était bien son père.

PLUS:rc