POLITIQUE

Recouvrement de l'autoroute Ville-Marie: les chiffres de Projet Montréal soulèvent des doutes

31/07/2013 03:52 EDT | Actualisé 31/07/2013 04:33 EDT
PC

Alors que le recouvrement de l'autoroute Ville-Marie à Montréal est évalué à 500 millions$, le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, affirme qu'il en coûterait en réalité entre 50 et 75 millions$. Ses opposants n'ont pas hésité à dénoncer cette «amicale comptabilité créative».

Richard Bergeron a dévoilé mercredi le plan de son parti pour recouvrir les trois tronçons encavés de l'autoroute Ville-Marie entre les rues Saint-Urbain et Sanguinet. Le montant prévu par une étude de 2006 est de près de 500 millions$, comme l'a rappelé le chef de Projet Montréal.

Richard Bergeron prétend plutôt que deux tronçons peuvent être recouverts à «coût marginal nul». Tout d'abord, la partie située entre les rues Saint-Urbain et Saint-Laurent sera recouverte lors de l'agrandissement du Palais des congrès, tel que prévu par Québec.

Le segment entre la rue Saint-Laurent et Hôtel-de-Ville sera pour sa part vendu à des promoteurs. Projet Montréal estime que le montant récupéré en taxes foncières sera plus ou moins égal à l'investissement. «En couvrant l'autoroute, on créera des terrains sur lesquels construire», note Richard Bergeron. Il ajoute que pour le moment «il n'y a que des terrains vagues et des immeubles délabrés» aux alentours de l'autoroute en tranchée.

Il ne restera qu'à recouvrir l'espace autour de la station Champ-de-Mars, entre Hôtel-de-Ville et Sanguinet, au coût de 50 à 75 millions$. Il s'est engagé, s'il est élu, à couvrir ce tronçon d'ici 2016, à temps pour l'inauguration du nouveau CHUM situé à proximité.

Richard Bergeron tire cette évaluation de l'étude menée en 2006 qui évaluait le coût total à 500 millions$. Pour la partie entourant le Champ-de-Mars, l'étude évaluait le coût à 162 millions$. «Ils évaluaient le coût direct à 80 millions$, mais ajoutaient des frais indirects de 82M$, dit Richard Bergeron. Les frais indirects, c'est une tactique bien connue quand on veut tuer la faisabilité d'un projet.»

Ce chiffre, note-t-il, date d'avant la Commission Charbonneau, qui a mis à jour un système de collusion et de corruption. «Moi je dis que ça coûtera entre 50 et 75 millions$, et je suis sûr de ne pas me tromper», dit le chef de Projet Montréal.

Comptabilité créative

La réaction de ses opposants aux élections municipales du 3 novembre prochain ne s'est pas fait attendre. Représentant la Coalition Marcel Côté, le maire de Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, a qualifié de «amicale comptabilité créative» les coûts avancés par Richard Bergeron.

Réal Ménard s'en remet à l'étude de 2006, cofinancée par Québec et Montréal, a-t-il rappelé.

Philippe Schnobb, candidat de l'Équipe Coderre dans le district de Saint-Jacques, dans l’arrondissement de Ville-Marie, a aussi raillé le montant avancé par Richard Bergeron. «Je ne sais pas d'où il sort son évaluation, a-t-il lancé. Si on veut remettre en question le coût, il faut le faire de façon réaliste.»

Philippe Schnobb souligne que le recouvrement de l'autoroute Ville-Marie n'est pas inscrit au Programme triennal d'immobilisations, qui détermine les principaux investissements de la Ville de Montréal. Le programme actuel couvre les années 2013-2015. «Promettre le recouvrement pour 2016, ce n'est pas réaliste», dit-il.

Les deux partis se disent en faveur du recouvrement de l'autoroute en tranchée, sans toutefois promettre d'échéancier.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

Qui se présente? Qui ne se présente pas?