NOUVELLES

Espagne: le conducteur du train parlait avec le contrôleur avant l'accident

31/07/2013 08:19 EDT | Actualisé 30/09/2013 05:12 EDT

MADRID - Le tribunal espagnol qui enquête sur le déraillement de train ayant fait 79 morts la semaine dernière a affirmé, mercredi, que le conducteur parlait au téléphone avec le contrôleur du train tout juste avant l'accident, mais qu'il avait raccroché avant que le train ne sorte des rails.

Selon une déclaration du tribunal de Saint-Jacques-de-Compostelle, le conducteur, Francisco José Garzon Amo, s'est présenté à la cour de sa propre initiative mercredi. Il a déclaré au juge qu'il parlait au téléphone avec le contrôleur pour savoir vers quelle plateforme se diriger en arrivant à la gare.

Le conducteur a affirmé qu'il avait raccroché quelques secondes avant le déraillement du train.

La cour a indiqué mardi que les données du train montraient que le conducteur parlait au téléphone au moment de l'accident.

La cour n'a pas identifié le contrôleur en question et n'a pas dit s'il avait péri dans la tragédie.

L'enquête tente de déterminer si l'accident a été provoqué par une erreur humaine ou par un problème mécanique ou technique.

Le train circulait à 192 kilomètres/heure quelques instants avant la catastrophe, sur une partie de la voie où la vitesse est limitée à 80 kilomètres/heure. Le conducteur a appliqué les freins quelques secondes seulement avant le déraillement.

Un système de freinage automatique sophistiqué, installé le long de la voie ferrée entre Madrid et Saint-Jacques-de-Compostelle, se termine à cinq kilomètres au sud de l'endroit où la catastrophe s'est produite. Il revient donc au conducteur de réduire lui-même sa vitesse, ce qu'il aurait dû faire à quatre kilomètres de la courbe où le train a déraillé.

L'enquête pourrait durer encore plusieurs semaines.

PLUS:pc