DIVERTISSEMENT

Les Confessions de Rousseau: Stéphane Rousseau se livre comme jamais

30/07/2013 06:22 EDT
Courtoisie

Dans son dernier spectacle, Les Confessions de Rousseau, Stéphane Rousseau s’est livré comme jamais auparavant. Le public a ainsi découvert plusieurs pans de la vie personnelle et du passé de l’humoriste, comme la mort de son père et son enfance dans un camp de nudistes. Après avoir déclamé ses aveux pendant trois ans sur les scènes du Québec et de l’Europe, l’homme nous les propose maintenant en DVD.

« J’avais envie que les gens me connaissent mieux et comprennent pourquoi je suis comme je suis, a expliqué Stéphane en marge du lancement de l’objet, la semaine dernière. C’était un vrai challenge, parce qu’il y avait plusieurs sujets délicats. J’ai essayé de trouver une manière humoristique de parler de thèmes dramatiques, et c’a bien marché. Je voulais me livrer un peu plus, et je pense que les gens ont aimé ça. J’ai pris beaucoup de plaisir à le faire. »

La poussière retombée sur certains épisodes douloureux de son existence, les réflexions qui en ont découlé et la maturité aidant, Stéphane Rousseau se sentait prêt à emprunter cette voie plutôt intime et à y entraîner les spectateurs. L’arrivée de fiston Axel, dont la naissance prématurée, le 25 décembre 2008, fait aussi l’objet d’un numéro de ces Confessions, n’est pas non plus étrangère à l’évolution artistique du fier papa.

« Il n’y a rien qui arrive pour rien, précise ce dernier. Tous les événements qui se produisent dans nos vies teintent notre façon d’agir, de travailler. On évolue, on a envie d’aller ailleurs, d’être plus profond, plus vrai et plus sincère. C’était un pas vers la sincérité, et j’espère que mon prochain spectacle ira encore plus loin en ce sens. Moi, j’ai toujours voulu être aimé. Et, dans Les Confessions, j’ai pris un peu plus de risques, quitte à ce que certains ne m’aiment pas. Je trouvais que ça valait le coup. »

« On n’était pas loin du Stéphane qu’on connaît, mais il y avait une tendance plus edgy que d’habitude. Peut-être que j’ai choqué par moments, mais je trouvais ça le fun aussi. Un spectacle, il faut que ça bouscule un peu. Si on est toujours gentil, ça ne fait pas nécessairement avancer les choses. Il ne faut pas avoir peur de se salir! »

Stéphane parle de ce cinquième one man show comme d’un bel amalgame de tous ses talents, dans lequel il a chanté, dansé et peint, en plus de se raconter sans pudeur. Le DVD a été enregistré le 13 décembre dernier, au Théâtre St-Denis. En plus de la prestation d’une durée d’une heure trente, il contient deux suppléments exclusifs, soit une incursion en coulisses et un reportage intitulé Sept jours avec Stéphane Rousseau, dans lequel on suit la vedette dans un blitz de promotion et sur la route du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne.

Les Confessions de Rousseau a été applaudi par 400 000 personnes, au Québec et en France, et a remporté l’Olivier de la Mise en scène de l’année, en 2012.

Cinéma, peinture et télé

La présentation de ses Confessions étant terminée depuis juin, Stéphane Rousseau s’éclate sur d’autres terrains de jeux par les temps qui courent, notamment celui du plateau de tournage du nouveau film d’Émile Gaudreault, Furie. Il y tient le rôle principal, celui d’un cinéaste qui, las des œuvres sans substance, souhaite renouer avec l’essence profond de son métier. Il braquera alors sa caméra sur un soldat fraîchement débarqué d’Afghanistan. On suivra de près la relation entre les deux hommes, tous deux fragiles à leur façon après avoir vécu des expériences traumatisantes. Guylaine Tremblay, Julie Le Breton, Normand D’Amour, Sonia Vachon, Caroline Dhavernas, Yan England, Mathieu Quesnel et Marie-Ève Milot donnent la réplique à Stéphane dans cette comédie dramatique.

« C’est fabuleux, a lancé la tête d’affiche. Je travaille avec de grands acteurs et un grand réalisateur, dans le respect. Tout est axé sur le jeu, et j’y prends beaucoup de plaisir. Émile Gaudreault est très consciencieux J’ai du gros calibre devant moi, et on s’amuse beaucoup! »

D’ici à ce que Furie aboutisse sur nos écrans, à l’été 2014, Rousseau planchera sur l’écriture de son prochain spectacle, qu’il devrait nous dévoiler d’ici deux ans, et il animera, en mars, l’une des deux émissions spéciales Saturday Night Live à Télé-Québec. L’artiste songe par ailleurs à exposer ses peintures, pour la première fois, à l’automne.

Qui plus est, il est aussi de la distribution de Paris à tout prix, premier long-métrage de sa conjointe, la réalisatrice Reem Kherici. Une semaine après sa sortie, la comédie trônait en tête des palmarès français, mais on ignore à quel moment elle sera projetée dans les salles de la Belle Province.

« Elle est très, très heureuse, a confié l’amoureux en parlant de sa douce. Et moi, quand elle est heureuse, je le suis aussi! »