NOUVELLES

Égypte : Mohammed Morsi se porte bien

30/07/2013 09:28 EDT | Actualisé 29/09/2013 05:12 EDT

Alors que la France réclame la libération des prisonniers politiques en Égypte, dont Mohammed Morsi, la représentante de la diplomatie de l'Union européenne, Catherine Ashton, a pu rencontrer l'ex-président islamiste toujours détenu par les militaires égyptiens.

Mme Ashton, qui l'a rencontré dans la nuit de lundi à mardi sur un site militaire sécurisé dont elle affirme ignorer l'emplacement, assure que Mohammed Morsi se porte bien et qu'il semble bien traité depuis sa mise en détention, la semaine dernière.

Selon la porte-parole de la diplomatie européenne, l'ex-président destitué par un coup d'État militaire le 3 juillet dernier a accès à la télévision et aux journaux. Mohammed Morsi est gardé en captivité avec deux de ses proches conseillers.

« J'ai essayé de m'assurer que sa famille sache qu'il va bien », a déclaré Mme Ashton au terme d'une rencontre de deux heures avec Mohammed Morsi.

Un rôle de médiatrice

La diplomate européenne a ajouté qu'elle n'avait fait aucune proposition au chef d'État islamiste lors de leur rencontre. Elle s'est également entretenue au cours de sa visite avec des cadres du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), la branche politique des Frères musulmans.

Catherine Ashton est en Égypte pour tenter de tenter de jouer un rôle de médiation entre les autorités militaires égyptiennes et les Frères musulmans, dont est issu l'ex-président Morsi.

Mme Ashton avait posé comme condition préalable à sa visite de pouvoir rencontrer Mohammed Morsi, ce qui a été fait.

Les pourparlers demeurent toutefois paralysés après la mort de 80 partisans des Frères musulmans au cours du week-end lors de heurts avec l'armée et la police égyptienne.

Paris réclame la libération de Mohammed Morsi

Pendant ce temps, à Paris, le gouvernement français a appelé mardi à la libération des « prisonniers politiques » détenus en Égypte, incluant l'ex-président Mohammed Morsi.

« La situation est très critique. Nous appelons au refus de la violence et à la libération des prisonniers politiques, y compris l'ancien président Morsi », a déclaré le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

Reconnaissant que l'armée égyptienne a démis le président de ses fonctions par crainte que son gouvernement ne force l'instauration d'un régime politique islamique à la tête du pays, Laurent Fabius a dit souhaiter que l'armée égyptienne se tienne en retrait et que le régime qui dirige actuellement le pays « retourne le plus vite possible vers une approche démocratique et refuse les violences ».

Dans les rangs des Frères musulmans, les dirigeants de la confrérie ont appelé à une manifestation « d'un million » de personnes mardi pour réclamer le rétablissement dans ses fonctions du premier président élu démocratiquement en Égypte.

PLUS:rc