NOUVELLES

Denis Coderre recrute un ancien proche de Michael Applebaum dans son équipe

30/07/2013 12:25 EDT | Actualisé 29/09/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre s'est présenté dans Côte-des-Neiges, mardi, pour annoncer la candidature d'un ancien proche de Michael Applebaum au sein de son équipe de campagne.

Ancien membre du défunt parti Union Montréal, Lionel Perez est aussi le maire par intérim de l’arrondissement de Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce.

M. Perez avait succédé à Michael Applebaum à la tête de l'arrondissement lorsque celui-ci a pris les rênes de la mairie avant d'être contraint de démissionner quelques mois plus tard, sous des allégations de malversations.

Depuis, Michael Applebaum fait face à 14 chefs d'accusation, dont complot, fraude, corruption et abus de confiance.

En se joignant à l'Équipe Denis Coderre, Lionel Perez assure que malgré le vent de disgrâce que traîne le nom de Michael Applebaum, cette ombre ne nuira pas à sa campagne.

Denis Coderre lui a d'ailleurs confié le poste de porte-parole en matière de gouvernance pour son équipe.

M. Perez s'est lui-même engagé à changer la culture de Montréal afin d'apporter plus de transparence et d'imputabilité. S'il reconnaît que ses liens avec Michael Applebaum peuvent faire sourciller, il assure que sa réputation n'en sera pas entachée.

«J'ai toujours été mon propre homme, dans ma vie professionnelle et en tant qu'élu. La monnaie courante de tout individu, c'est une crédibilité personnelle. Mon intégrité personnelle n'a jamais été remise en cause et elle ne le sera jamais», a assuré le candidat.

Lionel Perez se dit convaincu que Denis Coderre est «l'homme de la situation» et il s'engage personnellement à travailler à des changements importants en matière de gouvernance.

«Il faudra changer cette culture pour plus de transparence et d'imputabilité et si l'on veut effectuer du changement et crever l'abcès du cynisme qui existe au sein de la population, il faudra mettre ça en branle», a ajouté M. Perez.

En marge de cette annonce, Denis Coderre a été pressé de questions sur l'importance de la langue pour une métropole comme Montréal.

L'ancien député fédéral de Bourassa a réaffirmé le caractère francophone de Montréal, mais il a nuancé en précisant que des services peuvent toutefois être délivrés en anglais par moments. Il en fait une question de devoir, mais aussi de respect pour l'histoire de Montréal.

«Montréal est une ville francophone, c'est clair, Montreal is a French city, mais Montréal c'est la Francophonie et le Commonwealth. Il y a une réalité de représentativité tant au niveau des employés qu'au niveau des services», a expliqué Denis Coderre.

PLUS:pc