NOUVELLES

WikiLeaks: le verdict contre le soldat Bradley Manning sera annoncé mardi

29/07/2013 05:27 EDT | Actualisé 28/09/2013 05:12 EDT

FORT MEADE, États-Unis - Le soldat américain Bradley Manning saura mardi s'il est reconnu coupable de collusion avec l'ennemi, passible de la prison à vie sans possibilité de libération, pour avoir transmis plus de 700 000 documents gouvernementaux secrets au site WikiLeaks, a indiqué lundi la juge militaire qui préside le procès.

La juge Denise Lind a annoncé qu'elle rendrait son verdict mardi à 13 h. Les représentations sur la peine devraient commencer mercredi.

L'accusation de collusion avec l'ennemi est la plus grave des 21 accusations auxquelles le soldat fait face. Il est aussi accusé de huit violations de la loi fédérale sur l'espionnage, de cinq chefs de vol et de deux chefs de fraude informatique, des accusations qui sont toutes passibles de 10 ans de prison. Il fait également face à cinq accusations en vertu des lois militaires, passibles de deux ans de prison chacune.

Le soldat Manning, âgé de 25 ans, a choisi d'être jugé par un seul juge. Son procès a commencé le 3 juin.

Il a admis avoir transmis plus de 470 000 rapports de terrain sur les guerres en Irak et en Afghanistan, 250 000 câbles diplomatiques du département d'État américain et plusieurs vidéos de terrain au site WikiLeaks, alors qu'il travaillait comme analyste du renseignement militaire à Bagdad au début de 2010.

Bradley Manning affirme qu'il a transmis ces documents à WikiLeaks pour exposer des crimes de guerre et les mensonges de la diplomatie.

Dans son plaidoyer final la semaine dernière, l'avocat de la défense, David Coombs, avait présenté le soldat comme un dénonciateur naïf, qui n'a jamais souhaité que les documents qu'il a divulgués soient vus par l'ennemi. Le soldat affirme avoir choisi du matériel qui ne nuirait pas aux troupes ou à la sécurité nationale.

Les procureurs l'ont qualifié de pirate anarchiste et de traître qui a divulgué sans discernement des informations classifiées qu'il était chargé de protéger, en sachant qu'elles seraient vues par Al-Qaïda. Ils ont montré que le chef de l'organisation terroriste, Oussama ben Laden, avait obtenu des copies de certains documents publiés par WikiLeaks avant d'être tué au Pakistan en mai 2011.

Bradley Manning a déjà plaidé coupable à 10 accusations, passibles d'une peine pouvant aller jusqu'à 20 ans de prison.

PLUS:pc