NOUVELLES

Les négociations israélo-palestiniennes reprennent après cinq ans de blocage

29/07/2013 02:06 EDT | Actualisé 28/09/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - Le président des États-Unis, Barack Obama, a déclaré lundi que la reprise des pourparlers de paix entre Israéliens et Palestiniens était un important pas en avant, tout en soulignant que le plus difficile reste encore à faire.

De hauts représentants israéliens et palestiniens convergeaient vers Washington lundi, où les discussions devaient reprendre en soirée après cinq ans de paralysie. M. Obama a affirmé qu'il espérait que chaque partie aborde les négociations de bonne foi, avec détermination et une attention soutenue.

Barack Obama a déclaré qu'il avait senti le profond désir de paix des Israéliens et des Palestiniens lors de sa visite dans la région en mars.

Le président a salué son secrétaire d'État, John Kerry, pour avoir réussi à convaincre les deux parties de reprendre les négociations. M. Kerry a annoncé lundi qu'il avait choisi un ancien ambassadeur des États-Unis en Israël, Martin Indyk, pour guider les pourparlers.

La Maison-Blanche a également salué la décision du cabinet israélien, dimanche, de libérer 104 détenus palestiniens de façon progressive, selon l'évolution des discussions. La libération des prisonniers s'inscrit dans le cadre d'un accord négocié par M. Kerry pour ramener les deux parties à la table des discussions.

Un porte-parole de la Maison-Blanche, Josh Earnest, a déclaré lundi que les États-Unis considéraient cette décision comme une étape positive. Cela montre que le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, est prêt à prendre des décisions difficiles et courageuses pour faire avancer les pourparlers de paix, a dit le porte-parole.

Les discussions à Washington ne porteront pas sur les questions fondamentales du conflit israélo-palestinien, mais visent plutôt à établir les bases d'une reprise des négociations à part entière plus tard cette année.

Le département d'État américain a indiqué que l'objectif était d'établir un plan pour des négociations plus larges, qui devraient durer de six à neuf mois et se dérouler au Proche-Orient.

Israël est représenté par la négociatrice en chef et ministre de la Justice, Tzipi Livni, et un proche conseiller de M. Nétanyahou, Yitzhak Molcho. L'équipe palestinienne est composé du négociateur en chef Saeb Erekat et d'un conseiller du président Mahmoud Abbas, Mohammed Shtayyeh.

Mme Livni a déclaré lundi que les négociations de paix avec les Palestiniens pouvaient commencer dès maintenant à Washington.

Même si l'objectif de la rencontre dans la capitale américaine est de préparer une nouvelle ronde de discussions, la négociatrice israélienne a affirmé que «l'idée est de relancer les négociations dès aujourd'hui».

«Il y a beaucoup de cynisme, de scepticisme et de pessimisme, mais il y a aussi de l'espoir», a dit Mme Livni à l'Associated Press, peu après sa rencontre avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, à New York. Elle s'apprêtait à prendre le train pour Washington en vue d'un dîner avec l'équipe de négociation palestinienne, en présence du secrétaire d'État américain.

«Je pense qu'en relançant les négociations, nous pouvons relancer l'espoir, autant pour les Israéliens que pour les Palestiniens», a-t-elle dit.

PLUS:pc