NOUVELLES

Les Blue Jays pourraient se départir de quelques joueurs à la date limite

29/07/2013 05:39 EDT | Actualisé 28/09/2013 05:12 EDT

TORONTO - Avec tous les joueurs acquis cet hiver, les Blue Jays de Toronto devaient lutter pour les grands honneurs cette saison.

Mais ils jouent plutôt pour moins de ,500 et ne sont plus dans la course, que ce soit pour le titre de la section Est de l'Américaine ou dans la course au quatrième as. L'équipe s'efforce de trouver des points positifs à mi-chemin d'une saison où rien n'a fonctionné.

«Quand vous ne gagnez pas de match, ça ne peut pas être bon, a dit le directeur général, Alex Anthopoulos. Vous vous creusez la tête afin de vous améliorer.»

L'une des façons de s'améliorer, pour l'an prochain et dans l'avenir, est d'être un club vendeur d'ici la date limite des transactions dans le Baseball majeur, mercredi après-midi. Anthopoulos admet que c'est terminé pour cette saison, mais si l'équipe veut se battre pour le titre l'an prochain, il se pourrait qu'il ne se départisse de personne.

«Tout le monde est en mode transaction, a-t-il déclaré. Je pense que si on nous propose un échange pour nous améliorer maintenant ou dans l'avenir, nous l'étudierons. Nous avons des discussions, mais on nous demande toujours des joueurs qui nous aideront dans l'avenir.»

En d'autres termes, ne vous attendez pas à une vente de feu impliquant tous les joueurs des Jays qui n'ont pas répondu aux attentes cette saison. Seulement trois de ceux-ci sont appelés à devenir joueurs autonomes l'hiver prochain: le partant Josh Johnson, dont la valeur n'a jamais été aussi basse, le releveur Darren Oliver, qui a 42 ans, et le voltigeur Rajai Davis, qui n'est utilisé qu'à temps partiel, surtout pour sa vitesse.

La relève a été l'une des rares facettes du jeu qui a souri aux Jays cette saison, eux qui ont envoyé Brett Cecil et Steve Delabar au match des étoiles. Jusqu'à la semaine dernière, les Jays n'avaient pas encore perdu un match avec l'avance en septième.

Plusieurs équipes ont appelé Anthopoulos au sujet de ses releveurs, mais ce dernier n'a pas encore décidé de bouger.

«On a de la profondeur. On pourrait se permettre d'échanger un releveur et nous disposerions encore d'un bon groupe, a-t-il analysé mercredi dernier. Mais nous ne sommes pas près de transiger.»

Les releveurs gauchers sont toujours en demande, alors Oliver pourrait intéresser une équipe dans la course qui n'a besoin d'un joueur que pour le reste de la saison. Avec 1900 manches au compteur, il est usé, mais il a compilé une fiche de 3-2 avec une moyenne de 3,82 points mérités avant la série face aux A's d'Oakland.

Aaron Loup, un gaucher de 25 ans, mène l'équipe avec une m.p.m. de 1,90, et le vétéran Juan Perez a été presque parfait avant d'accorder six points à ses deux dernières sorties.

Chez les joueurs de position, Davis, 32 ans, est le joueur le plus susceptible d'être échangé. Dimanche, il a égalé un record d'équipe avec quatre buts volés. Il vient à égalité au troisième rang dans les Majeures avec 31 larcins, même s'il a moins de présences au bâton que tous les autres joueurs du top-10.

Quand il a rencontré les médias à une semaine de la date limite, Anthopoulos a indiqué n'avoir «rien de majeur sur le feu». Il préfère effectuer des transactions avant le 31 juillet, une journée qu'il trouve chaotique et précipitée.

«C'est comme de magasiner ses cadeaux de Noël à la dernière minute. Les portes du magasin commencent à se fermer et tout le monde se bouscule.»

PLUS:pc