NOUVELLES

Corée et Inde en péril 

29/07/2013 08:09 EDT | Actualisé 28/09/2013 05:12 EDT

Bernie Ecclestone l'a dit dimanche, l'Inde ne reviendra « probablement pas » en 2014. La Corée serait également dans le collimateur.

Ces deux courses souffrent depuis leur entrée dans le Championnat du monde, et sont menacées de disparaître pour des raisons comparables, principalement politiques et financières.

En Inde, dans la banlieue de Delhi, des investisseurs privés ont totalement financé la construction du circuit de Buddh mais l'épreuve, depuis son édition inaugurale en 2011, peine à trouver son public. En outre, le gouvernement indien, qui ne s'intéresse pas du tout à la F1, aimerait percevoir des taxes sur les revenus des pilotes, à l'occasion de leur passage en Inde, en proportion du nombre de manches du Championnat du monde de F1.

Bernie Ecclestone aurait accepté de payer un montant forfaitaire pour l'édition 2013, correspondant à cette exigence du gouvernement, mais ne serait pas disposé à le faire en 2014, d'autant qu'il a d'autres candidats pour accueillir la F1.

« Je jongle avec beaucoup de balles », a-t-il dit aux patrons des équipes lors d'une réunion confidentielle dans le paddock.

Le cas de la Corée est plus simple, car le circuit de Yeongam, au sud de Séoul, accumule les pertes depuis la première édition, en 2010, et serait ravi d'être effacé du calendrier, la province ne voulant plus couvrir le déficit.

Trois nouvelles courses devraient voir le jour en 2014: les débuts du Grand Prix de Russie, à Sotchi, dans le parc olympique des Jeux olympiques d'hiver, le retour en Autriche sur le Red Bull Ring (ex-A1 Ring) complètement rénové par le milliardaire Dietrich Mateschitz, fondateur de Red Bull, et le Grand Prix des États-Unis dans le New Jersey, en face de New York.

PLUS:rc