DIVERTISSEMENT

Juste pour rire : un bilan qui fait sourire

29/07/2013 07:04 EDT | Actualisé 29/07/2013 07:07 EDT
Agence QMI

L’organisation du Festival Juste pour rire a fait parvenir un communiqué aux médias dimanche pour tracer le bilan de la 31e édition de l’événement, qui a pris fin samedi après deux semaines de spectacles et d’activités en salles et à l’extérieur. Distillant très peu de chiffres, le document fait néanmoins état de résultats réjouissants pour la grande fête de l’humour et ses artisans.

Au total, près de 1200 représentations (200 en salles et 1000 à l’extérieur) ont été offertes par quelque 1100 artistes. Les festivaliers ont été au rendez-vous malgré les chaleurs parfois suffocantes qui ont régné à la fin juillet, et les quelques orages qui se sont abattus sur la métropole. Ceux-ci ont d’ailleurs causé des maux de tête aux responsables de la scène Vidéotron, qui, avec ses 52 pieds de hauteur et ses 70 pieds de largeur, nécessitait un traitement particulier et « méritait le beau temps », comme l’a souligné au Huffington Post Québec, Catherine Girard-Lantagne, directrice de la programmation du volet extérieur de Juste pour rire, lors du défilé des jumeaux, samedi.

La fièvre Hairspray

Parmi les faits saillants de cette 31e mouture, signalons le grand succès de la comédie musicale Hairspray, dont les supplémentaires se poursuivent jusqu’au 3 août. La mise en scène de Denise Filiatrault – qui constituait l’un des plus grands risques monétaires des troupes de Juste pour rire à ce jour - a d’ailleurs raflé le Grand Prix du Festival, décerné par des journalistes et représentants du milieu de l’humour d’ici. Les autres trophées Victor sont allés à la troupe allemande Die Mobilés et son théâtre d’ombres (Coup de cœur et Audace créative), François Bellefeuille (Meilleur numéro, pour sa prestation au gala de Laurent Paquin), Simon Leblanc (Révélation de l’année) et André Sauvé (Artiste de l’année). Ce dernier a aussi récolté des critiques fort élogieuses et fait courir les foules avec la présentation de son nouveau one man show, Être.

Le Komedy Majik Cho animé par Arturo Brachetti et mis en scène par Serge Denoncourt a ravi les amateurs de magie sous toutes ses formes, tandis qu’un premier collectif réunissant anglophones et francophones, le Bilingual Show, court mais divertissant, a rallié les deux solitudes sous l’enseigne de l’Astral, pour un soir seulement. Mike Ward était aux commandes.

Au chapitre des nouveautés, La Grande Générale, animée par Jérémy Demay et Billy Tellier, a permis aux 13 000 détenteurs du Passeport Juste pour rire d’assister au rodage de certains numéros qui allaient être proposés pendant le Festival. Enfin, grâce au gala HaHaHaïti, quelques milliers de dollars ont été amassés pour financer la formation académique d’humoristes en Haïti. Pour la première fois, comiques québécois et haïtiens ont partagé la scène, et ces derniers ont bénéficié d’un encadrement de l’École nationale de l’humour. La campagne de financement est toujours en cours.

Dans la rue

Dehors, le Terra Karnaval, son Petit Bonheur… en parade et son Grand bisou quotidien, en hommage à Félix Leclerc, ont entraîné une atmosphère féérique dans le Quartier des spectacles. Malgré une pluie tombée au mauvais moment, le Mix des chefs, chapeauté par Provigo, s’est avéré l’une des curiosités de la programmation extérieure, et a fait jaser sur les réseaux sociaux. Le concept sera probablement renouvelé l’an prochain, peut-être avec de nouveaux chefs et d’autres DJs.

Le cabaret Bébert Follies, établi sur l’esplanade de la Place des Arts, a compté à son affiche 11 spectacles répartis en 197 représentations, sous trois chapiteaux distincts. Burlesque, music-hall et extrasensoriel y étaient à l’honneur.

En outre, le traditionnel défilé des jumeaux, qui clôture chaque année le Festival Juste pour rire, a accueilli 850 participants pour sa 16e édition, plus du double de personnes comparativement à l’an dernier. Et même les gourmands y ont trouvé leur plaisir, avec le « village » de 42 food trucks, délimité par les rues Maisonneuve, Balmoral, Bleury et Mayor. Fort de cette réussite, le segment Bouffons Montréal devrait connaître une nouvelle vie en 2014.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

La comédie musicale « Hairspray »
Quelques artistes présents au Festival Juste pour rire 2014