NOUVELLES

Négociations de paix: Israël libèrera 104 prisonniers palestiniens

28/07/2013 01:46 EDT | Actualisé 27/09/2013 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Le cabinet israélien a approuvé dimanche la libération de 104 prisonniers palestiniens détenus depuis longtemps, ouvrant un peu plus la voie à une possible reprise des négociations de paix israélo-palestiniennes après cinq ans de paralysie.

Ces libérations s'inscrivent dans le cadre d'une démarche du secrétaire d'État américain John Kerry pour ramener les deux parties à la table de négociations. Le vote de 13 voix contre 7, dimanche, avec deux abstentions, représente le premier développement positif après six mois d'efforts diplomatiques.

Pour la prochaine étape, les négociateurs des deux camps doivent tenir des discussions préliminaires à Washington, mardi, suivies de jusqu'à neuf mois de négociations pour un accord de paix.

La question des prisonniers palestiniens est délicate de part et d'autre. Les Palestiniens tendent à voir ceux-ci comme des héros ayant effectué des sacrifices pour lutter en faveur de l'indépendance. La plupart des Israéliens les considèrent plutôt comme des terroristes purs et durs.

En vertu du plan conclu par M. Kerry, les prisonniers seront libérés en quatre étapes sur une durée de plusieurs mois. Chaque étape serait liée à des progrès dans les négociations.

Selon une liste fournie par les Palestiniens, les prisonniers ont passé entre 19 et 30 ans derrière les barreaux pour leur implication dans des attaques meurtrières contre des Israéliens. Leur libération ferait beaucoup pour permettre au président palestinien Mahmoud Abbas d'obtenir un mandat populaire afin de reprendre des négociations avec Israël, et ce malgré un fort scepticisme des deux côtés après 20 ans de dialogue intermittent n'ayant donné aucun résultat.

Du côté israélien, le premier ministre Benyamin Nétanyahou a dû affronter une forte opposition provenant de sa coalition gouvernementale, y compris au sein de son propre parti, le Likoud. Deux ministres de son parti et ceux du Parti maison juive ont voté contre les libérations.

Un désaccord sur les conditions préalables aux négociations, particulièrement la question des frontières, pourrait encore plomber le processus.

PLUS:pc