NOUVELLES

Mondiaux-2013 - Ledecky et Sun, le couple royal du 400 m nage libre

28/07/2013 04:22 EDT | Actualisé 27/09/2013 05:12 EDT

La toute jeune Américaine Katie Ledecky et le Chinois Sun Yang sont devenus les nouvelles étoiles mondiales du 400 m nage libre, dimanche à Barcelone, où le relais français du 4x100 m libre a réédité son exploit des JO de Londres.

A 16 ans seulement, Ledecky a manifestement tout d'une très grande. Déjà sacrée championne olympique sur 800 m libre l'an passé à Londres, elle s'est adjugé la première médaille d'or mondiale d'une liste qui devrait très vite croître.

Longtemps sur les bases du record du monde, l'Américaine s'est imposée en 3 min 59 sec 82/100e, avec une marge impressionnante sur ses plus proches rivales, pendant que la Française Camille Muffat, championne olympique en titre, sombrait à la 7e place, dans un temps (4:07.67) indigne d'elle.

"Je ne m'attendais pas à aller aussi vite", a reconnu Ledecky, qui a devancé l'Espagnole Mélanie Costa Schmid (4:02.47) et la Néo-Zélandaise Lauren Boyle (4:03.89).

"Je suis beaucoup plus relâchée sur la scène internationale, Londres était ma première compétition", a expliqué celle qui est toujours lycéenne dans une école du Maryland.

L'astre Ledecky devrait encore avoir l'occasion de briller à Barcelone, puisque l'Américaine s'alignera aussi sur 800 m et 1500 m nage libre, avec de réelles chances de réaliser le triplé.

Cette trilogie est aussi l'objectif de Sun, 21 ans, qui, après avoir été sacré champion olympique sur 400 m l'an passé, est devenu champion du monde de la distance.

Un seul nageur a réussi à remporter le 400 m, 800 m et 1500 m lors de la même édition des Mondiaux: l'Australien Grant Hackett, en 2005 à Montréal (Canada).

Sun a démontré qu'il était décidémment de la graine des très grands, alors que la rumeur voulait qu'il soit en méforme, sa préparation ayant été perturbée par une brouille avec son ancien entraîneur, qui lui reprochait de passer trop de temps auprès de sa nouvelle compagne et pas assez dans la piscine.

Il s'est imposé presqu'aussi aisément que Ledecky, dans le temps de 3 min 41 sec 59/100e. Le Japonais Kosuke Hagino (3:44.82) et l'Américain Connor Jaeger (3:44.85) ont fini à distance respectable.

Il s'agit du troisième titre mondial pour le Chinois, qui avait fait le doublé 800 m/1500 m en 2011 à Shanghai, et avait obtenu l'argent sur 400 m, derrière le Sud-coréen Park Tae-Hwan, absent à Barcelone.

"Je remercie mon entraîneur et mes parents", a déclaré Sun, qui éclaté en pleurs après sa victoire et, épuisé, a dû rentrer aux vestiaires en s'appuyant sur les bras de son entraîneur.

"Je me suis entraîné pour cela ces 10 dernières années et ça a payé", a-t-il ajouté. "Ces derniers mois, j'ai appris beaucoup de choses. J'ai surmonté mes problèmes et j'ai montré qui j'étais ce soir."

La soirée s'est conclue sur la victoire retentissante française lors du relais 4x100 m libre, dans une répétition du scénario de la finale olympique.

Comme un an plus tôt, les Français, qui n'étaient que 6e à mi-course après un départ moyen de Yannick Agnel, le champion olympique du 200 m libre, sont venus sauter sur le fil les Etats-Unis.

Cette fois-ci, c'est le polyvalent Jérémy Stravius qui a tenu le rôle d'Agnel à Londres, lequel était revenu dans les derniers mètres sur Ryan Lochte. Stravius, remis dans la course par Fabien Gilot, auteur d'un temps hallucinant (46.90) lors du troisième relais, a pris le meilleur sur James Feigen.

Le podium est exactement le même qu'à Londres, la France devançant en 3 min 11 sec 18/100e les Etats-Unis (3:11.42) et la Russie (3:11.44). Comme aux Jeux également, l'Australie, tenante du titre, échoue à la 4e place (3:11.58).

Le relais français, qui ne s'arrête plus de gagner, après avoir si souvent échoué aux portes de la gloire, comme aux JO-2008 (2e), obtient le premier sacre mondial de son histoire.

C'est seulement la quatrième fois que le titre mondial échappe aux Etats-Unis, après 2001 (Australie), 2003 (Russie) et 2011 (Australie).

cyb/alh

PLUS:afp