NOUVELLES

Le pape a fait la démonstration de son pouvoir d'attraction au Brésil

28/07/2013 04:58 EDT | Actualisé 27/09/2013 05:12 EDT

RIO DE JANEIRO - Le pape François a drainé une véritable marée humaine à la plage de Copacabana, dimanche, lors de l'ultime messe de son voyage au Brésil.

Selon les estimations des organisateurs des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) et des autorités locales, pas moins de trois millions de fidèles se sont déplacés pour l'occasion. À titre de comparaison, à Madrid en 2011, la cérémonie finale avait attiré environ un million de pèlerins tandis qu'à Toronto en 2002, l'assistance était composée de quelque 850 000 personnes.

Devant la foule monstre réunie à Rio de Janeiro,le souverain pontife s'est adressé aux jeunes catholiques les invitant à se comporter en missionnaires et à professer leur foi y compris auprès de ceux qui font montre d'indifférence à l'égard de la religion catholique.

Lors de son homélie, il leur a dit: «l'Église a besoin de vous, de votre enthousiasme, de votre créativité [et] de votre joie».

Le voyage du Saint-Père, qui représentait son premier périple officiel à l'étranger depuis son élection, a déjà été qualifié de succès par bien des participants aux JMJ mais aussi par de nombreux Brésiliens qui ont été charmés par l'amabilité et la modestie de l'homme.

De toute évidence, le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, juge aussi que son patron a bien tiré son épingle du jeu.

«Ce voyage était un succès. C'était merveilleux de le voir à l'oeuvre sur son continent d'origine.»

De l'avis du père Lombardi, cette destination était le théâtre parfait pour permettre à la spontanéité du pape de ressortir pleinement.

Même ses gardes du corps, qui sont reconnus pour leur stoïcité, se sont permis de timides sourires alors qu'ils accompagnaient le chef de l'Église catholique dans ses déplacements.

De leur côté, certains habitants de Rio de Janeiro ont ri jaune lorsqu'ils ont vu dans quel état se trouve désormais l'un des sites emblématiques de leur ville.

Les trottoirs bordant la plage de Copacabana débordent de détritus de toutes sortes.

PLUS:pc