NOUVELLES

Déraillement en Espagne: le conducteur est soupçonné d'«homicide par imprudence»

27/07/2013 09:58 EDT | Actualisé 26/09/2013 05:12 EDT

SAINT-JACQUES-DE-COMPOSTELLE, Espagne - Le ministre de l'Intérieur de l'Espagne a annoncé samedi que le conducteur dont le train a déraillé dans le nord-est du pays, entraînant la mort de 78 personnes, était désormais détenu et suspecté d'«homicide par imprudence».

Jorge Fernandez Diaz a annoncé ce nouveau développement contre Francisco Jose Garzon Amo, qui était précédemment détenu en raison de soupçons d'imprudence à la suite du déraillement de mercredi à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Lors d'une conférence de presse, le ministre a déclaré à des journalistes qu'il existait des preuves «rationnelles» qui portent à croire que le conducteur pourrait être «éventuellement responsable».

Le ministre a également précisé que M. Garzon, âgé de 52 ans, a reçu son congé de l'hôpital et a été emmené à un poste de police. L'individu se présenterait devant un juge d'ici dimanche soir.

Le blâme est de plus en plus attribué au conducteur, le transporteur ferroviaire national alléguant qu'il était de sa responsabilité de freiner avant de s'engager dans la courbe dangereuse, où le train a quitté les rails avant de frapper un mur. Il n'est cependant pas encore clair si les freins ont subi une avarie, ou s'ils n'ont jamais été utilisés, et le conducteur garde le silence pour l'instant.

Des photos montrent M. Garzon, couvert de sang, alors qu'il est escorté loin de la scène de l'accident, mercredi, mais son état de santé n'est pas connu.

L'homme devait effectuer une déclaration préliminaire aussitôt que jeudi, mais ce processus a été retardé pour des raisons médicales, a-t-on annoncé.

Lors de l'accident de mercredi, les huit voitures du train transportant 218 passagers allaient beaucoup trop vite dans une courbe, et se sont violemment renversées. Du carburant diesel a déclenché un incendie dans certains wagons.

Des enquêteurs examinent les boîtes noires du train, mais n'ont pas révélé la vitesse à laquelle celui-ci circulait au moment du déraillement.

Dans une entrevue avec l'Associated Press, un passager américain blessé dans l'accident a déclaré avoir vu un écran de télévision dans le train indiquant qu'il roulait à 194 kilomètres/heure quelques secondes avant le déraillement. La limite de vitesse à cet endroit est de 80 kilomètres/heure.

Le président d'Adif, l'agence responsable des infrastructures ferroviaires, a indiqué que le conducteur aurait dû commencer à freiner quatre kilomètres avant la courbe dangereuse. Selon lui, des panneaux mentionnent clairement l'endroit où ce ralentissement doit débuter.

PLUS:pc