NOUVELLES

John Furlong nie les allégations contre lui

26/07/2013 08:56 EDT | Actualisé 25/09/2013 05:12 EDT
PC

VANCOUVER - L'ancien président-directeur général des Jeux olympiques de Vancouver, John Furlong, a nié les allégations d'abus faites par une journaliste pigiste, affirmant dans des documents déposés devant le tribunal que Laura Robinson est une journaliste ayant recours à des méthodes d'enquêtes «non orthodoxes et non fiables» pour écrire ses articles.

M. Furlong a déposé une poursuite après que Mme Robinson eut écrit un article publié dans le «Georgia Straight» l'automne dernier, qui l'accusait d'avoir causé du tort à des élèves autochtones alors qu'il enseignait dans une école catholique de Burns Lake, en Colombie-Britannique.

Dans de nouveaux documents judiciaires déposés vendredi, M. Furlong a affirmé que les accusations additionnelles dans la déclaration de défense de Mme Robinson, qui allègue qu'il a également abusé de son ex-épouse, d'une ancienne conjointe de fait non identifiée et d'étudiants, sont diffamatoires et non fondés.

John Furlong a affirmé que les faits reprochés seraient survenus en 1969 et pendant les années 1970, mais n'ont pas été rapportés lors des décennies entre-temps ni à lui, ni aux autorités, par aucune des personnes impliquées, «parce que ces faits ne se sont jamais produits», a-t-il enchaîné.

Dans sa poursuite originale, M. Furlong soutenait que Mme Robinson menait une vendetta personnelle contre lui. En réplique, dans un mémoire de défense, Mme Robinson a défendu l'article qu'elle a rédigé l'automne dernier et nié qu'il était diffamatoire.

Aucune des allégations citées dans les documents judiciaires n'a été soumise en cour.

Le mémoire de défense de Mme Robinson regroupait aussi des allégations d'abus qui ne se trouvaient pas dans l'article, a fait remarquer M. Furlong dans les documents qu'il a déposés en cour vendredi.

Après la publication de son article, Mme Robinson affirme avoir été contactée par une ancienne conjointe de fait de M. Furlong. Cette femme, non identifiée, a prétendu que M. Furlong l'a agressée sexuellement alors qu'ils vivaient tous deux à Nanaimo, en Colombie-Britannique, entre 1979 et 1982, selon les documents judiciaires.

Le mémoire de Mme Robinson soutient aussi que l'ex p-d-g des Jeux de Vancouver a abusé, physiquement et psychologiquement, de son ancienne épouse, Margaret Furlong, lorsqu'ils vivaient à Prince George, en Colombie-Britannique, et travaillaient à la même école, entre 1970 et 1972. Margaret et John Furlong ont tous deux nié ces allégations.

Plus tôt cette semaine, deux femmes ont déposé des poursuites contre M. Furlong, alléguant avoir été abusées sexuellement alors qu'il enseignait à l'école de Burns Lake en 1969 et en 1970.

John Furlong n'a pas répondu à ces poursuites, et aucune de ces allégations n'a été prouvée en cour.

Laura Robinson n'a pu être jointe par La Presse Canadienne pour commenter l'affaire.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.