NOUVELLES
25/07/2013 09:08 EDT | Actualisé 24/09/2013 05:12 EDT

Jour noir en Espagne après le déraillement de train qui a fait au moins 80 morts

SAINT-JACQUES-DE-COMPOSTELLE, Espagne - Les enquêteurs espagnols tentaient de comprendre, jeudi, pourquoi un train de passagers a déraillé tout juste avant d'arriver à Saint-Jacques-de-Compostelle, tuant au moins 80 personnes et faisant près de 140 blessés.

Un passager a déclaré à une station de radio que le train roulait très vite en arrivant dans une courbe prononcée près de la gare de Saint-Jacques-de-Compostelle, dans le nord-ouest de l'Espagne, mercredi soir.

Le bilan de la tragédie a été porté à 80 morts jeudi par le ministère de l'Intérieur, qui affirme qu'il s'agit de la pire tragédie ferroviaire en Espagne depuis 40 ans. Parmi les blessés, 94 étaient toujours hospitalisés jeudi, dont 31 dans un état critique. Quatre enfants font partie des personnes grièvement blessées.

Le train de huit wagons transportait 218 passagers et cinq membres d'équipage lors du déraillement, survenu peu avant le coucher du soleil.

Les autorités n'ont pas encore déterminé les causes de l'accident, mais une porte-parole du ministère de l'Intérieur a déclaré jeudi que la piste terroriste avait été écartée.

Un analyste d'images vidéo sollicité par l'Associated Press a estimé que le train roulait deux fois plus vite que la vitesse permise lorsqu'il est sorti de la voie. Selon les autorités espagnoles, la vitesse est limitée à 80 kilomètres/heure dans la courbe où le train a déraillé.

Le gouvernement régional de Galice a confirmé que le conducteur du train, hospitalisé à Saint-Jacques-de-Compostelle avec des blessures non précisées, était interrogé en tant que possible suspect, mais que l'enquête portait aussi sur d'éventuels problèmes dans l'équipement de sécurité.

Le premier ministre Mariano Rajoy, qui est né à Saint-Jacques-de-Compostelle, s'est rendu sur les lieux de l'accident jeudi avec des secouristes, puis il a rendu visite aux blessés soignés dans un hôpital de la région.

«Pour un natif de Saint-Jacques comme moi, c'est le jour le plus triste», a-t-il dit devant les journalistes.

M. Rajoy a indiqué que des enquêtes avaient été ouvertes par les autorités judiciaires et le ministère des Transports pour déterminer les causes de l'accident le plus rapidement possible. Il a refusé de répondre aux questions des médias.

Les autorités de Saint-Jacques-de-Compostelle ont annulé toutes les cérémonies prévues pour la Saint-Jacques, un événement qui attire des milliers de pèlerins chrétiens chaque année. La Saint-Jacques coïncide également avec le Jour national de la Galice.

«Le 24 juillet ne sera plus jamais la veille d'un jour de célébration, mais plutôt une occasion de commémorer l'une des journées les plus tristes de l'histoire de la Galice», a déclaré Alberto Nunez Feijoo, président de la région dont Saint-Jacques-de-Compostelle est la capitale.

Il s'agit de l'accident de train le plus meurtrier en Espagne depuis 1972, quand une collision entre un train et un autocar dans le sud-ouest du pays avait fait 86 morts et 112 blessés.

PLUS:pc