NOUVELLES

Hier confondus, aujourd'hui sanctionnés

25/07/2013 10:48 EDT | Actualisé 24/09/2013 05:12 EDT

Plusieurs coureurs dopés à l'EPO pendant le Tour de France de 1998, et confondus par le rapport sénatorial français, ont subi des sanctions cette semaine.

Le Néerlandais Jeroen Blijlevens a dû quitter son poste de directeur sportif de l'équipe Belkin, après avoir avoué à ses dirigeants jeudi matin qu'il avait pris de l'EPO, contrairement à ce qu'il affirmait encore récemment dans une déclaration sur l'honneur.

« L'équipe Belkin Pro Cycling et le directeur d'équipe Jeroen Blijlevens prennent immédiatement des chemins séparés », a expliqué l'équipe néerlandaise qui avait annoncé l'hiver dernier imposer une ligne dure sur le dopage, dans la foulée de l'affaire Rabobank.

Abraham Olano, champion du monde en 1995 et vainqueur du Tour d'Espagne en 1998, a lui aussi perdu son poste de directeur technique de la Vuelta. Le contrat liant l'ancien coureur espagnol à la société Unipublic a été résilié jeudi matin.

« J'ai toujours été sous le contrôle du service médical de l'équipe, s'est défendu Olano. Je n'ai jamais eu le sentiment de faire quelque chose d'illégal. »

L'ancien cycliste français Laurent Jalabert a avancé la même explication. Son nom était sorti à la fin du mois de juin avant la présentation du 100e Tour de France, ce qui l'avait amené à renoncer à ses activités de consultant pour France Télévisions et RTL.

PLUS:rc