NOUVELLES

Elliot Lake: «Ce centre commercial était voué à la ruine», affirme Bob Nazarian

25/07/2013 04:09 EDT | Actualisé 24/09/2013 05:12 EDT

ELLIOT LAKE, Ont. - Le propriétaire du centre commercial Algo d'Elliot Lake a admis jeudi qu'il avait l'argent pour réparer le toit qui coulait, mais qu'il avait choisi de ne pas procéder aux réparations, estimant la dépense inutile.

Témoignant pour une troisième journée à la commission d'enquête publique sur l'effondrement mortel du centre commercial, Bob Nazarian a indiqué qu'il avait vendu une de ses propriétés en 2009 — quatre ans après avoir acheté le centre commercial — puis dépensé 2,6 millions $ pour en acheter une autre.

Lorsque l'avocat de la commission, Peter Doody, lui a demandé pourquoi il n'avait pas plutôt investi dans les réparations, M. Nazarian a répondu que c'était une cause perdue d'avance.

«Le centre commercial Algo était un trou noir. Peu importe le montant d'argent que vous y investiriez... ce centre commercial était voué à la ruine.»

«Simplement, je ne voulais pas mettre ma vie là-dedans. J'ai travaillé pendant 42 ans afin d'amasser des fonds pour ma famille. Je ne suis pas pour tout mettre dans ce bâtiment.» a-t-il ajouté.

L'aveu choc est survenu après des jours de témoignages relatant à quel point Bob Nazarian avait désespérément cherché du financement pour réparer la toiture qui coulait et qui s'est effondrée l'été dernier, tuant deux femmes.

Il a aussi avoué avoir pris part à une série de contrats douteux et de transactions en argent comptant pour obtenir un prêt ou une subvention afin de réparer l'édifice.

«C'était une erreur, je n'aurais pas dû y participer», a-t-il dit. «En désespoir de cause, j'y ai participé».

Le plan, élaboré environ au milieu de 2008, impliquait un «ami cher» des Nazarian, Alex Sennett, qui a créé une compagnie d'entrepreneur général appelée «Empire Roofing and Restoration».

M. Sennett, qui n'avait jamais été entrepreneur, a ensuite signé des ententes dans les six chiffres avec la compagnie de M. Nazarian, «Eastwood Mall», pour effectuer des travaux de restauration du toit.

M. Sennett a utilisé ces documents pour tenter d'obtenir une subvention, qui lui aurait permis d'embaucher un véritable entrepreneur. Il n'a cependant jamais obtenu d'argent.

M. Nazarian a aussi utilisé les contrats pour se protéger de la Banque Royale, qui menaçait d'exercer un recours hypothécaire en raison de l'état lamentable du centre commercial et qui exigeait des réparations évalués à environ 3 millions $.

Pour faire paraître «Empire» comme une compagnie active, un autre entrepreneur qui avait fait du travail de réfection de toiture a remis 80 000 $ que M. Nazarian lui avait payés.

M. Nazarian a ensuite donné l'argent à «Empire Roofing and Restoration», qui a plus tard remboursé l'autre entrepreneur, Glen Day.

Bob Nazarian témoignera pour une quatrième journée, vendredi.

PLUS:pc