NOUVELLES
24/07/2013 05:09 EDT | Actualisé 22/09/2013 05:12 EDT

George? James? Alexander? Comment se nommera le futur roi?

Le prince William et son épouse Kate entretiennent le suspense sur le prénom de leur premier enfant qui est toujours inconnu, deux jours après la naissance du bébé.

Le nourrisson, troisième dans l'ordre de succession au trône britannique, a été présenté au monde par ses parents mardi au sortir de l'hôpital St Mary de Londres dans une ambiance effervescente.

Le prince de Cambridge et ses parents ont ensuite quitté les lieux.

« Nous réfléchissons encore à un prénom; nous l'aurons aussi vite que possible », a déclaré William aux journalistes massés mardi devant l'hôpital St Mary.

Les paris sont ouverts

George, James, Alexander et Louis sont les prénoms favoris des preneurs de paris pour le plus jeune membre de la famille royale, troisième dans l'ordre d'accession au trône après le prince Charles, son grand-père et William, son père.

Cette naissance donne un nouveau coup de fouet à la famille royale après les célébrations l'an dernier des 60 ans de règne de la reine Élisabeth, grand-mère du bébé, et le mariage de Kate et William en 2011.

La popularité de la monarchie avait connu un trou d'air dans les années 90 après une série de divorces et la mort de la mère de William, Diana, à Paris en 1997. Élisabeth II avait été critiquée pour la façon dont elle avait réagi à la mort de sa belle-fille.

La patience est de mise

Si l'on se réfère aux précédents, le prénom du petit prince de Cambridge pourrait ne pas être annoncé de sitôt. Le prénom du prince Charles avait été rendu public un mois après sa naissance. Pour William, l'attente avait duré une semaine. Toutefois, le nom de son frère, Harry, avait été révélé au lendemain de sa naissance.

William et Kate Middleton vivent dans une partie reculée du pays de Galles, où William travaille dans le secteur des secours, comme pilote d'hélicoptère. Le couple devrait déménager cette année au palais de Kensington, la résidence où William a passé son enfance.

Reuters

PLUS:rc