NOUVELLES
24/07/2013 12:52 EDT | Actualisé 23/09/2013 05:12 EDT

Des ex-employés de Zellers portent plainte contre Target

Des dizaines de plaintes ont été déposées contre le détaillant Target au Québec. Des ex-employés de Zellers dénoncent les méthodes d'embauche du géant américain devant la Commission des normes du travail.

Ces employés mis à pied n'ont pas été réembauchés par Target. Leur ancienneté non plus n'est pas reconnue par l'entreprise américaine qui affirme avoir acheté uniquement les baux des anciens magasins Zellers, pas la main d'oeuvre.

Même si ces employés n'étaient pas syndiqués, le syndicat des Travailleurs unis de l'alimentation et commerce (TUAC) leur offre de les accompagner gratuitement dans leur démarche pour contester leur mise à pied.

La porte-parole des TUAC, Roxanne Larouche parle d'un dangereux précédent. « Pour se pencher sur cette question-là, il faut qu'il y ait des plaintes. Tant et aussi longtemps qu'il n'y aura pas assez de plaintes, la Commission des normes ne pourra pas se pencher sur la situation », explique-t-elle.

Les employés de Zellers qui n'ont pas été réembauchés par Target ont 45 jours pour déposer une plainte auprès de la Commission des normes du travail pour congédiement « sans cause juste et suffisante. »

Lors de la fermeture des magasins Zellers, Target avait seulement garanti une entrevue d'embauche aux employés mis à pied. En ce qui concerne leur ancienneté notamment, ils doivent tous repartir de zéro.

Les Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce dénonce cette pratique et croit que les travailleurs auraient dû conserver leur emploi à la suite de l'achat de Zellers par Target.

La fermeture des magasins Zellers a entraîné la perte de 5000 postes au Québec.

L'entreprise américaine souhaite ouvrir au moins 125 succursales au Canada en 2013. Dans la région, Target se prépare à ouvrir quatre magasins cet automne.

PLUS:rc