NOUVELLES
23/07/2013 02:38 EDT | Actualisé 22/09/2013 05:12 EDT

Un député français dans l'embarras à cause de ses propos sur les Roms

PARIS - Un député français se retrouve dans l'embarras, après avoir déclaré à un groupe de Roms qu'il aurait souhaité que les nazis tuent plus de membres de cette minorité durant la Seconde Guerre mondiale.

Gilles Bourdouleix, député à l'Assemblée nationale et maire de Cholet, près de Nantes, a eu une confrontation avec des Roms dimanche, alors qu'il visitait un terrain public occupé illégalement par des «gens du voyage» vivant dans des caravanes. Il leur a demandé de partir.

Le «Courrier de l'Ouest», dont l'un des journalistes était présent lors de l'incident, a rapporté que certains des Roms avaient fait le salut nazi à M. Bourdouleix, et que celui-ci avait répondu: «Hitler n'en a peut-être pas tué assez». Le journal a diffusé lundi sur son site internet un enregistrement où l'on peut entendre le député-maire tenir ces propos.

Mardi, M. Bourdouleix a déclaré à la télévision iTélé qu'il n'avait fait que répéter une déclaration du journaliste. Le député, qui a menacé de poursuivre le journal, a aussi affirmé que s'il rencontrait le reporter, il lui donnerait quelques coups de poing.

Le ministère français de l'Intérieur a indiqué mardi avoir demandé aux procureurs d'enquêter pour déterminer si M. Bourdouleix pourrait être poursuivi pour «apologie d'un crime contre l'humanité».

«Rien en peut justifier, ni excuser, le fait qu'un représentant élu de la république ose faire une telle référence à la plus grande barbarie du 20e siècle», a déclaré le ministère dans un communiqué.

Les Roms d'Europe ont été persécutés et déportés dans les camps de concentration par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. En France, l'un des camps d'internement des Roms était situé à Montreuil-Bellay, à seulement 60 kilomètres de Cholet.

PLUS:pc