NOUVELLES
23/07/2013 01:44 EDT | Actualisé 21/09/2013 05:12 EDT

La MMA mise en demeure

La Ville de Lac-Mégantic a envoyé une mise en demeure à la compagnie Montreal, Maine & Atlantic Railway (MMA) pour les sommes qu'elle a dû elle-même débourser pour les travaux de nettoyage et de récupération des hydrocarbures, a annoncé la mairesse Colette Roy-Laroche mardi.

La Ville a déjà payé une somme totale de plus de 4 millions de dollars aux fournisseurs pour qu'ils accomplissent le travail, puisque la MMA ne les paie plus.

Si la Ville ne s'était pas elle-même chargée de payer les sous-traitants embauchés par la MMA, ces derniers auraient cessé d'exécuter leurs travaux de nettoyage ou de récupération des hydrocarbures, « lesquels sont pourtant essentiels au rétablissement des activités normales de Lac-Mégantic », a indiqué la mairesse.

La semaine dernière, des travailleurs qui n'étaient plus rémunérés ont brièvement cessé leurs activités et menacé de quitter le site. Selon Mme Roy-Laroche, cette courte interruption n'a pas eu d'impact sur l'avancement des travaux de nettoyage, mais elle se montre déterminée à ce que la situation ne se reproduise pas.

« Nous ne tolérons aucune interruption des travaux qui résulterait de la négligence de MMA ou de son omission à payer ses fournisseurs », a déclaré la mairesse avec fermeté.

La mise en demeure demande notamment à la MMA de rembourser toutes les sommes payées par la Ville à ses trois sous-traitants et de recommencer à les rémunérer tel que prévu dans leurs contrats. « Il me semble que c'est là bien peu demander dans les circonstances », a dit la mairesse.

Ces travaux doivent être effectués dans un « délai respectable », a précisé Stéphane Bergeron, ministre de la Sécurité publique, aussi présent lors du point de presse. « Plus vite on fait le nettoyage, plus on vite on peut commencer la décontamination », a-t-il expliqué.

« Tout retard dans le nettoyage et la récupération des hydrocarbures du site cause à la ville un préjudice sérieux », a martelé Mme Roy-Laroche.

La Ville accorde à la MMA un délai de 48 heures pour répondre à la mise en demeure, dont le texte sera rendu public.

PLUS:rc