POLITIQUE
23/07/2013 01:32 EDT | Actualisé 22/09/2013 05:12 EDT

Agents du Service extérieur: Ottawa accepte l'arbitrage mais pose des conditions

Shutterstock
waving flag of canada in blue...

OTTAWA - Après des mois de moyens de pression exercés par les agents du service étranger, dont les diplomates canadiens, le gouvernement fédéral accepte d'aller en arbitrage pour régler le conflit de travail — tout en posant ses conditions.

Ottawa refuse toutefois de dévoiler publiquement ses exigences.

La tenue d'un arbitrage contraignant est une initiative du syndicat des agents du Service extérieur. Jeudi dernier, il avait donné un ultimatum au gouvernement, qui avait jusqu'à mardi midi pour accepter son offre.

Peu après l'expiration du délai, le syndicat disait être en train de réviser ces conditions.

«L'APASE (l'Association professionnelle des agents du Service extérieur) doit s'assurer que tout mécanisme d'arbitrage permettra une audience complète et équitable des arguments des deux parties — un objectif sans aucun doute partagé par le gouvernement», est-il écrit dans un courriel transmis aux médias.

Les 1350 membres du syndicat sont dans une position de grève légale depuis avril et ont effectué des grèves tournantes à la fois à Ottawa et dans les ambassades à l'étranger. Ils diminuent la cadence pour le traitement des demandes de visa, et lorsque des ministres sont en voyage officiel à l'extérieur du pays, certains employés responsables de l'organisation ne vont pas travailler.

Les agents veulent la parité salariale avec d'autres employés fédéraux qui font, selon eux, un travail équivalent mais qui sont payés beaucoup plus.

Ottawa estime toujours avoir présenté au syndicat une offre «juste et raisonnable pour les employés et pour les contribuables», a écrit le président du Conseil du Trésor, Tony Clement, dans un communiqué transmis mardi.

Dans son communiqué, il en a d'ailleurs profité pour souligner que les agents du Service extérieur ont des emplois uniques qui ne peuvent être comparés à d'autres.

«Ces emplois sont très différents de ceux des avocats, des économistes ou des agents de commerce de la fonction publique. De plus, le Service extérieur n'a aucun problème de recrutement ou de maintien en poste», a jugé bon de préciser M. Clement.

Ottawa dit souhaiter rétablir complètement les services diplomatiques, consulaires et d'autres services offerts aux Canadiens le plus rapidement possible, notamment le traitement rapide des visas.

Dans la cadre de leurs grèves tournantes, les agents avaient entre autres ralenti la cadence pour l'émission des visas, une baisse allant jusqu'à 65 pour cent des demandes traitées dans certains bureaux visés comme Mexico et Pékin, affirment-ils.

Malgré l'acceptation de l'arbitrage par le gouvernement, les grèves tournantes vont toutefois se poursuivre, affirme le syndicat.

«Jusqu'à ce qu'il y ait entente, il n'y aura aucun changement dans les moyens de pression mis de l'avant par l'APASE», avise-t-il.

Les agents sont sans convention collective depuis deux ans.