NOUVELLES
21/07/2013 05:17 EDT | Actualisé 20/09/2013 05:12 EDT

La police identifie un suspect en lien avec la découverte de trois cadavres

EAST CLEVELAND, États-Unis - Répondant à un appel à l'effet qu'une odeur nauséabonde se dégageait d'une résidence, les autorités policières ont découvert un cadavre et arrêté un délinquant sexuel enregistré qui a mené des policiers et des chercheurs bénévoles dans un quartier pauvre de l'Ohio à la recherche de plus de victimes, ont indiqué des responsables, dimanche.

Le chef de police d'East Cleveland, Ralph Spotts, avait avisé les chercheurs, dimanche, de se préparer à trouver une ou deux victimes additionnelles, sans donner plus d'explications. Mais après une journée entière de recherches dans 40 maisons abandonnées et d'autres secteurs, aucune autre dépouille n'a été repérée.

M. Spotts a identifié le suspect comme étant Michael Madison, un homme âgé de 35 ans. Tout indique que Madison sera formellement accusé lundi, a ajouté M. Spotts.

Selon ce qu'a relaté le maire Gary Norton, le suspect a indiqué qu'il pourrait avoir été influencé par le tueur en série Anthony Sowell, qui avait été reconnu coupable, en 2011, de l'assassinat de 11 femmes à Cleveland, et condamné à la peine de mort.

Un corps a été retrouvé vendredi dans un garage. Deux autres ont été découverts samedi — un dans une cour arrière et l'autre dans un sous-sol d'une maison vacante. Les trois corps — tous des femmes — avaient été enveloppés dans des sacs de plastique et ont été retrouvés entre 100 et 200 mètres l'un des autres. Les autorités croient que les femmes ont été tuées il y a moins de dix jours.

Plus tard dimanche, le chef Spotts a fait savoir que les indications du suspect n'avaient pas permis de préciser si d'autres corps pourraient être retrouvés.

M. Norton a quant à lui déclaré que les autorités avaient «plusieurs raisons» de croire que le décompte des victimes n'était pas encore complet. Il a refusé d'expliquer ce qui lui permettait d'évoquer un tel scénario.

Le suspect a été arrêté vendredi à l'issue d'une confrontation avec la police.

PLUS:pc